Cloches – Remaufens (CH-FR) église St Maurice

Sonnerie partiellement historique de 5 cloches en ré#3

P1050394

C’est par une belle journée automnale que mes camarades campanaires et moi sommes partis  vadrouiller dans le beau district fribourgeois de la Veveyse, moins souvent cité des touristes que la verte Gruyère, mais tout aussi pittoresque et tout autant riche d’histoire. Saviez-vous par exemple que Remaufens, de même que Châtel-St-Denis et Semsales, dépendaient au Moyen-Age de la seigneurie de Fruence, aujourd’hui disparue ? De cette imposante place forte ne restent aujourd’hui que de modestes vestiges, alors que la famille est elle-même éteinte depuis le XVe siècle. Erigée en paroisse depuis 1835, Remaufens luttait depuis des années pour obtenir son indépendance. Le projet d’Attalens de bâtir une nouvelle église, à laquelle sa voisine aurait dû évidemment participer financièrement, dopa encore davantage ce projet d’autonomie, finalement mené à bien après avoir été dûment motivé par des arguments tels que « l’éloignement de l’église paroissiale », que « les enfants nouveau-nés restaient souvent pendant plusieurs jours sans recevoir le baptême, à cause du mauvais état des chemins » (source: Dictionnaire historique et statistique des paroisses catholiques du canton de Fribourg). Une fois la paroisse érigée, c’est très rapidement que furent entrepris les travaux de construction de l’actuelle église paroissiale, qui vint remplacer la chapelle construite en 1416 et transformée à la fin du XVIe siècle. Dédiée elle aussi à St Maurice, cette belle et spacieuse église au clocher coiffé d’un élégant bulbe fut consacrée le 24 septembre 1843.

De la modeste chapelle citée plus haut – et c’est ici que le passionné de cloches historiques que je suis se réjouit une nouvelle fois d’habiter le canton de Fribourg et non la Suisse allemande (!) – ont été conservées les anciennes cloches. Accrochée tout là-haut dans son lanternon, avec pour dure mais néanmoins noble mission d’annoncer les décès dans la paroisse (cloche de l’Agonie), la plus petite et la plus ancienne de ces vénérables dames de bronze, de style gothique tardif, porte les inscriptions latines « s maurici ora pro nobis et s theoduli ano d[o]m[ini] mcccccvi », autrement dit « saint maurice prie pour nous et saint théodule, [fondue] l’année du seigneur 1506 ». Plus bas, dans la chambre des cloches principale se trouve une remarquable cloche baroque de 1768 signée Jean-Antoine et Alexis Damez de Morteau, bourgeois d’Estavayer-le-Lac. La construction de l’église paroissiale donna lieu à la fonte de trois autres cloches dans les ateliers de Samuel Treboux : les actuelles cloches no 2 et 3, toujours existantes, et la plus grande cloche, fêlée en 1854 et 1878, qui dut être refaite par Gustave Treboux, le neveu de Samuel. Les trois plus grandes cloches possèdent encore leurs jougs et ferrures d’origine, alors que les deux plus petites sont accrochées à des axes en acier.

-Cloche 1, note ré# 3 -17/100, coulée en 1879 par Gustave Treboux à Vevey
-Cloche 2, note fa# 3 +6/100, coulée en 1843 par Samuel Treboux à Corsier-s/Vevey
-Cloche 3, note la 3 + 16/100, coulée en 1843 par Samuel Treboux à Corsier-s/Vevey
-Cloche 4, note do# 4 -10/100, coulée en 1768 par Jean-Antoine et Alexis Damez de Morteau
-Cloche 5, note sol# 4 -23/100, coulée en 1506.
(la3 = 435Hz)

Octave inf Prime Tierce min Quinte Octave sup
Cl1 ré#3 -8.98 -26.04 -13.26 4.25 -17.49
Cl2 fa#3 -18.03 -3.74 3.98 6.10 5.72
Cl3 la3 19.79 -11.98 15.64 24.36 15.85
Cl4 do#4 115.86 118.81 26.98 299.04 -9.71
Cl5 sol#4 67.86 -288.80 -17.00 -28.90 22.68

Mes plus vifs remerciements à M. Michel Genoud, président de paroisse, pour son aimable autorisation, ainsi qu’à M. Jean-Marie Michel, vice-président, pour son chaleureux accueil. Amitiés à mes valeureux camarades campanaires qui se sont rendus utiles de mille et une manières pour rendre ce reportage possible : Antoine, carillonneur à St Maurice et à Taninges ; Dominique, responsable technique de clochers de Val-de-Travers ; Guilhem Lavignotte, organiste titulaire d’Yverdon-les-Bains ; John Brechbühl, membre de la GCCS ; Stefan Mittl, expert-campanologue à Zurich.

Sources :
-Dictionnaire historique et statistique des paroisses catholiques du canton de Fribourg, volume 10, par le Père Apollinaire Deillon, éditions St Paul, 1899
-Rapport rédigé par M. Aloys Lauper, chef de service adjoint au Service des Biens Culturels de l’Etat de Fribourg
https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_de_Fruence

A consulter :
http://www.upstdenis.ch/
http://www.remaufens.ch/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *