Cloches – Daillens (CH-VD) temple

Daillens temple ext

Source : http://penthalaz.eerv.ch/cultes/

Les premières mentions de l’église de Daillens remontent à la fin du XIIe siècle. Le clocher – probablement une ancienne tour de défense – date du siècle suivant. Suite à l’invasion bernoise et à l’introduction de la Réforme en terre vaudoise, la nef médiévale est élargie et l’ancien chœur abandonné. L’église subit à nouveau plusieurs modifications au fil des ans : pose d’une horloge en 1818, création d’un local pour les pompiers en 1874, pose de vitraux en 1893 , création de peintures décoratives par Ernest Correvon de 1923 à 1925, puis restauration complète entre 1967 et 1968. Au début des années 2000, suite à un problème d’humidité, est mis au jour un important décor peint dans le chœur sous le clocher. Ces fresques, qui remontent au début du XIVe siècle, ont été préservées du temps par la couche de chaux appliquée à la Réforme pour les dissimuler. En janvier 2015, enfin, 3 tombes datant de la fin du XVIIe siècle, sont découvertes dans le chœur, lors de travaux de rénovation.

« A Daillens, les cloches ne sont pas celles qu’on croit ». Ainsi titrait, le 22 octobre 1994, le journal vaudois « 24 heures ». On pouvait lire à l’époque la stupeur et le dégoût des habitants du village suite à un soi-disant acte délibéré de vandalisme sur 2 des 3 cloches. Des vilaines rumeurs avaient même insinué la culpabilité de certains habitants, empoisonnant ainsi la vie de la communauté. Ce n’est que tout récemment, lors de l’attribution de la rénovation de la sonnerie à la maison Mécatal, que fut découvert le pot aux roses : la plus grande cloche, victime d’un moteur mal réglé, est simplement venue heurter sa voisine du dessus, causant ainsi de sévères dommages aux 2 pièces maîtresses de la sonnerie. La présence dans le clocher de nombreux débris ornés de différentes couches de patine atteste même du fait que les 2 dames de bronze sont entrées en collision plus d’une fois ! Bilan : de nombreuses ébréchures sur la pince des 2 grandes cloches, et même une fêlure dans la robe de la plus grande. Le savoir-faire de Jean-Paul Schorderet n’est pas seulement venu à bout d’une vilaine rumeur villageoise persistante : le campaniste fribourgeois a également redonné vie – et de fort belle manière – aux 3 cloches si chères au poète vaudois Jean Villard-Gilles dans son lieu d’origine.

La sonnerie du temple de Daillens se compose donc de 3 cloches de différentes époques. La plus petite, ornée d’inscriptions gothiques, mentionne la date de 1497. La cloche moyenne, coulée en 1826, porte la signature du Morgien Jean-Louis Golay. La plus grande, enfin, fut ajoutée en 1980 par la maison argovienne Ruetschi. Ces 3 voix à l’unisson égrènent un motif « te deum » un peu faussé, mais charmant, dont la légèreté de ton contraste avec l’aspect massif du vénérable clocher.

-Cloche 1, note si3 -19/100, diamètre 83cm, poids 338kg, coulée en 1980 par Ruetschi d’Aarau
-Cloche 2, note ré4 -50/100, diamètre 71cm, poids 229kg, coulée en 1826 par Jean-Louis Golay de Morges
-Cloche 3, note mi4 +11/100, diamètre 67cm, poids environ 190kg, coulée en 1494

La3 = 435Hz, déviation en 1/100 de 1/2 ton

Octave inf Prime Tierce min Quinte Octave sup
Cloche 1 si2 -22 si3 -8 ré 4 +7 fa#4 -1 si4 -19
Cloche 2 ré3 -20 ré4 -142 fa4 -60 la4 +78 ré5 -50
Cloche 3 mi3 +11 mi4 -226 sol4 -23 si4 -66 mi5 +11

La grande cloche

La cloche 2

La petite cloche

Mes plus vifs remerciements à M. Jean-Paul Schorderet, campaniste, directeur de la maison Mécatal, de m’avoir convié aux différentes étapes de la réparation des cloches et à leur remise en service.

Daillens JPS

Le campaniste Jean-Paul Schorderet et les 3 cloches de Daillens prêtes à reprendre du service (photo Vanessa Cardoso, journal « 24 heures » du 11 juillet 2015)

Sources :
http://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/vingt-ans-cloches-vandalisees/story/11305848
https://fr.wikipedia.org/wiki/Temple_de_Daillens

A consulter :
http://www.mecatal.ch/
http://www.daillens.ch/
http://penthalaz.eerv.ch/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *