Cloches – Corseaux (CH-VD) collège

Corseaux journal Corsal'infos septembre 2014

En septembre 2014 paraissait dans le journal d’information communal de Corseaux l’article ci-dessus. Contacté peu avant par Priska Hess, journaliste, j’ai eu l’envie de me rendre sur place pour y effectuer les traditionnelles photos et enregistrements. Les archives qu’il m’a été donné de consulter et les renseignements fournis par des spécialistes de l’horlogerie monumentale me permettent aujourd’hui de vous livrer quelques détails supplémentaires au sujet de cette remarquable installation. Dans la vidéo ci-dessous, pour commencer, vous pouvez voir et entendre le carillon – toujours actionné par sa mécanique d’origine – jouer la Chanson des vieux Maïentzets, d’Emile-Jacques Dalcroze. S’ensuit une courte sonnerie de la cloche à la volée.

Corseaux Reymond cloches tubulairesDans la correspondance archivée entre l’horloger Paul Reymond et la commune de Corseaux (photo, cliquer pour agrandir), on apprend que le carillon a d’abord été logé dans le clocheton. Le volume sonore dégagé n’étant pas satisfaisant, il a rapidement été déménagé sur la galerie en plein air derrière le clocheton. Non signées, les cloches ont vraisemblablement été fournies par la maison Odobey de Morez (F-39) qui disposait de tout un réseau de petits horlogers-revendeurs en France et à l’étranger. On rencontre par exemple à l’église Notre-Dame de Vevey, située à quelques kilomètres de là, des cloches de carillon signées Odobey. Mais comme l’indique l’excellent site internet www.horloge-edifice.fr, il est peu probable que cet horloger, pourtant talentueux, ait lui-même coulé ses cloches. Daniel Fonlupt, conservateur du remarquable musée d’horlogerie monumentale La Maison des Horloges à Charroux (F-03), possède dans son impressionnante collection un extrait de la correspondance entre la maison Odobey et le fondeur Burdin aîné de Lyon au sujet de la commande de cloches.

Corseaux affiche Odobey

Les archives corsalines mentionnent que si certaines cloches dissonantes du carillon ont pu être corrigées, le do#5 – particulièrement faux – a nécessité une refonte. Cette cloche semble d’ailleurs avoir été refaite par un autre fondeur: son profil diffère de celui de ses sœurs.  Dans ses échanges épistolaires avec les autorités corsalines, Reymond se plaignait justement du fait que son litige avec la commune durait depuis si longtemps que son fournisseur refusait dorénavant de prendre en charge la refonte de la cloche litigieuse.

A l’instar de la maison Crot à Granges (CH-VD), Reymond semble s’être fait livrer ses pièces détachées par des fabricants étrangers. Si Crot apposait sa signature sur les modèles qu’il installait (châssis, cadrans), le mécanisme que nous avons ici ne porte ni marque, ni tampon. L’horloge de Corseaux a indubitablement été conçue et fabriquée par Louis-Delphin Odobey de Morez (F-39). Le mouvement horaire est muni d’un remontoir d’égalité qui transmet son impulsion aux aiguilles toutes les 4 secondes. En plus d’actionner le marteau de la cloche des heures, le mouvement dispose d’un tambour conçu pour jouer alternativement 2 mélodies sur les 8 cloches du carillon. Le remontage des poids a été automatisé par la maison Baer à Sumiswald (CH-BE), fusionnée depuis peu avec une autre entreprise active dans l’entretien des clochers: Muri

Louis-Delphin Odobey (1827-1906) créa en 1858 à Morez (F-39) ce qui fut l’une des plus importantes maisons d’horlogerie d’édifice de France. La société fut ensuite reprise par trois de ses fils, Victor (appelé Émile), Jules et Albert. Ce dernier resta bientôt seul aux commandes de l’entreprise avant de la céder à son tour à son fils Georges, qui poursuivit ses activités jusqu’en 1964. Signalons qu’en 1880, le fils aîné de Louis-Delphin, Paul, créa lui aussi son entreprise d’horloges d’édifice. Des horloges Odobey furent installées dans toute la France et l’étranger. Ce succès s’explique par le fait que ces mécaniques étaient remarquables du point de vue de leur conception et de leur exécution.

Corseaux affiche Odobey prospectus

Le clocheton abrite une cloche à la volée qui donne aujourd’hui encore de la voix tous les matins pour appeler les élèves. Cette cloche porte la date de 1904 et la signature conjointe d’Henry Matthey, de Vallorbe, et de Paul Reymond, du Brassus. Comme déjà expliqué dans l’article au sujet de la sonnerie du temple d’Apples, la fonderie Matthey ne brilla pas par son habileté. Alors que les cloches d’Apples furent refondues seulement 3 ans après avoir été livrées (l’une fêla très vite, les autres rendaient un son peu satisfaisant), celle que nous avons ici a été conservée. On est sans doute moins regardant sur la qualité sonore d’une cloche d’école.

Il suffit de prêter une oreille à la cloche à la volée du collège de Corseaux pour s’apercevoir que ses harmoniques sont complètement faussés (voir analyse ci-dessous) et que sa résonance est extrêmement courte (mauvais bronze). Il est toutefois intéressant de trouver aujourd’hui encore des cloches de fondeurs à la production aussi confidentielle. A l’image d’une pièce de monnaie rarissime que les collectionneurs s’arracheraient pour ses erreurs de fabrication, nous sommes ici en présence d’un collector.

octave inf prime tierce min quinte octave sup
ré#3 -157/100 ré#4 -126/100 fa#4 -59/100 la#4 -190/100 ré#5 -15/100

– Cloche à la volée : note ré#4 -15/100 (la3=435), coulée en 1905, signée Henry Matthey de Vallorbe et Paul Reymond du Brassus
– Carillon diatonique de 8 cloches (la4 ->la5), non signé, vraisemblablement fourni par Odobey, issu de 2 coulées différentes

P1050348

Remerciements à:
– Jean-Claude Decurnex, intendant, pour son aimable accueil.
– Priska Hess, journaliste, pour les archives corsalines.
– Daniel Fonlupt, conservateur de la Maison des Horloges à Charroux, pour les précieux renseignements au sujet de l’horloge.
– Dominique « Valdom 68 », responsable technique des cloches de Val-de-Travers, pour la séquence filmée du mouvement d’horloge

A consulter:
http://www.corseaux.ch/
http://horloges.charroux.com/
http://www.horloge-edifice.fr/
http://muribaer.ch/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *