Cloches – Cergnat (CH-VD) temple et ancienne église Saint-Maurice

Trois cloches gothiques à la saveur incomparable

Le temple de Cergnat – ancienne église Saint-Maurice – se dresse sur le territoire de la commune vaudoise d’Ormont-Dessous, non loin de Leysin. Cet édifice du XIIIe siècle renferme d’intéressants éléments architecturaux de différentes époques. Dans son antique clocher à la flèche de pierre sont accrochées trois belles cloches gothiques aux caractéristiques sonores typiques de leur époque.

De l’église Saint-Maurice au temple – La commune montagnarde d’Ormont-Dessous occupe la partie aval de la vallée des Ormonts. Ellle regroupe cinq villages et hameaux, à savoir : Le Sépey, La Forclaz, Cergnat, La Comballaz-Les Voëttes et le Col des Mosses. Sa superficie de 6’402 hectares en fait la quatrième sur le plan cantonal vaudois. L’église Saint-Maurice de Cergnat est attestée depuis 1279. Malgré son vocable, elle ne semble pas avoir été sous domination de la vénérable abbaye toute proche. L’église fut – en dépit sa situation excentrée – le premier lieu de la culte de la Vallée des Ormonts. De l’édifice original du XIIIe siècle, seul le chœur nous est parvenu. La nef prit l’aspect que nous lui connaissons durant la seconde moitié du XIXe siècle. De fort belle facture, la galerie, typique des temples réformés vaudois, date de 1660 environ. La chaire, également en bois sculpté, est l’œuvre de Jean Borloz, qui travailla également dans l’église voisine de Leysin. Plus récents, les vitraux du choeur portent la griffe du peintre Jean Prahin et la date de 1975.

Une sonnerie gothique – Le clocher-porche nous rappelle, avec sa flèche de pierre octogonale, que la Vallée du Rhône n’est pas loin. Il renferme trois intéressantes cloches gothiques antérieures à la Réforme. La plus petite, non signée, porte la date de 1516. Elle est ornée de quatre beaux médaillons représentant l’Annonciation, la Vierge à l’Enfant, la Crucifixion et le Christ de Pitié. Les deux plus grandes ont été coulées par Jean Follare de Fribourg en 1472. Fils de Pierre et frère de Hensli, fondeurs de cloches mais aussi horlogers et armuriers, Jean Follare semble avoir été avant tout potier d’étain. La dynastie Follare compte parmi les premiers fondeurs de cloches attestés en ville de Fribourg après Anton Grangier. La motorisation de la sonnerie dans les années 1960 a conduit au remplacement de deux jougs de chêne par des rails métalliques.

-Cloche 1, note ré#3 +19/100, coulée en 1472 par Jean Follare de Fribourg
-Cloche 2, note fa#3 +25/100, coulée en 1472 par Jean Follare de Fribourg
-Cloche 3, note si3 +69/100, coulée en 1516

Octave inf Prime Tierce min Quinte Octave sup
ré#3 ré#2 -213/100 ré#3 +263/100 fa#3 +351/100 la#3 +216/100 ré#4 +19/100
fa#3 fa#2 -264/100 fa#3 +235/100 la3 +361/100 do#4 +122/100 fa#4 +24/100
si3 si2 -196/100 si3 +89/100 ré4 +45/100 fa#4 +100/100 si4 +69/100

L’ancienne horloge mécanique est aujourd’hui déposée à la maison de commune. Datée de 1763, elle porte – gravée sur son châssis – la signature de son artisan, un certain Abraham Dupertuis.  L’homme réalisa également une horloge pour Aigle. Revendue en 1893 à l’église anglaise de Vers-L’Eglise – devenue depuis église réformée – cette mécanique a malheureusement disparu en 1964. Tragique destinée que celle de cet horloger et armurier qui périt en 1798, en pleine révolution vaudoise, non pas sous les tirs ennemis, mais suite à l’explosion du canon de son propre fusil.

Sources :
« Ormont-Dessus, Ormont-Dessous », ouvrage de divers auteurs publié en 1994.
« Le patrimoine campanaire fribourgeois », éditions Pro Fribourg, 2012
http://www.ormont-dessus.ch/Editeur/stw~19/php/19.php

Mes plus vifs remerciements à M. Jean-Paul Schorderet, campaniste, directeur de la maison Mecatal, qui m’a très aimablement convié à l’accompagner dans le clocher à l’occasion de travaux de maintenance. Merci également au Greffe municipal pour le sympathique accueil et la mise à disposition d’une intéressante documentation.

A consulter :
http://www.ormont-dessus.ch/
http://ormontsleysin.eerv.ch/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *