Cloches – Zurich-Albisrieden (CH-ZH) nouvelle église réformée

Cinq cloches en si bémol 2, motif pentatonique mineur ; savourez l’une des plus belles sonneries monumentales de la fonderie Ruetschi pour la ville aux quarante bourdons

Troisième et dernier volet de la découverte des sonneries du quartier zurichois (et ancienne commune indépendante) d’Albisrieden, après l’ensemble monumental de l’église catholique Saint-Konrad et les cloches historiques de l’ancienne église réformée, les dernières du genre de la cité de Zwingli.

Un projet fonctionnel – La démographie galopante de l’agglomération zurichoise aidant, nombre de nouveaux lieux de culte voient le jour dans les quartiers périphériques jusque dans les années 1970. Parmi eux, l’église réformée d’Albisrieden. Le projet se présente comme un ensemble fonctionnel comprenant – outre la salle de cultes – deux foyers et des appartements de fonction pour le pasteur et le sacristain. Entre le moment où il fut décidé de bâtir la nouvelle église et l’inauguration de cette dernière, pas moins de 7 années s’écoulent. Le projet retenu, celui de l’architecte Hans Martin von Meyenburg, est soumis à d’âpres discussions. Oui à un centre paroissial, mais est-il nécessaire de construire une nouvelle église, alors que l’ancien édifice offre déjà 300 places ? A-t-on besoin d’un clocher ? La tour proposée n’est-elle pas ridiculement petite ? C’est finalement au mois de mai 1951 que sera inaugurée la nouvelle église réformée d’Albisrieden sur une parcelle arborisée de 4’000 m2.

Une sonnerie monumentale qui résonne au loin, telle est l’une des ambitions clairement affichées par la paroisse réformée d’Albisrieden. On reconnaît bien là le gigantisme campanaire zurichois pleinement assumé qui conduisit au fil des XIXe et XXe siècles à la coulée de pas moins de 40 bourdons pour cette seule ville de 370’000 âmes. A titre comparatif, l’agglomération genevoise tout entière avec ses 900’000 habitants ne compte qu’une seule cloche en octave 2. Le clocher de notre église ne mesure peut-être que vingt mètres, ses cinq cloches en si bémol 2 au motif pentatonique mineur sont perceptibles dans tout le quartier, et même au delà. Outre la taille et le volume sonore de l’ensemble, on peut signaler son excellente facture sonore. Il s’agit sans nul doute d’une des plus belles sonneries réalisées par la fonderie Ruetschi pour la ville de Zurich. Les cloches furent coulées en 1950 et hissées dans le clocher en septembre de la même année.

Sib2 réb3 mib3 fa3 lab3

Mes plus vifs remerciements à la paroisse réformée de Zurich-Albisrieden : M. Walter Lang, président, et M. Rolf Iten, sacristain. Un tout grand merci à Stefan Mittl, expert campanologue à Zurich, pour l’organisation de cette belle étape campanaire. Amitiés enfin John Brechbühl, membre de la GCCS, et à Dominique « Valdom 68 », responsable technique des clochers de Val-de-Travers.

Sources
http://www.kirchgemeinde-albisrieden.ch/geschichte/
https://de.wikipedia.org/wiki/Neue_Kirche_Albisrieden

Cloches – Zurich Altstetten (CH-ZH) nouvelle église réformée

3486

Nous sommes dans un de ces nombreux quartiers périphériques de Zurich qui furent jadis des communes indépendantes. C’est en 1934 qu’Altstetten rejoignit sa grande voisine. Il forme aujourd’hui, avec le quartier voisin d’Albisrieden, le 9e arrondissement de Zurich. L’urbanisation galopante que connut l’agglomération zurichoise au XXe siècle conduisit un peu partout à la construction de nouvelles églises. Si beaucoup d’anciens édifices furent malheureusement rasés, la paroisse réformée d’Altstetten eut la bonne idée de conserver son ancienne église. Se dressent donc aujourd’hui, dans un mouchoir de poche, deux clochers aux styles diamétralement opposés. La nouvelle église fut construite entre 1939 et 1942 sur les plans de Werner M. Moser. Ce zurichois n’est autre que le fils de Karl Moser, l’un des architectes suisses les plus réputés de la Belle-Epoque. Si le père dessina – entre autres – les plans de l’église St Paul de Berne (Art Nouveau) et de l’église St Antoine de Bâle (la première église en béton de Suisse), le fils se fit remarquer essentiellement par des bâtiments laïcs et administratifs, comme le Kongresshaus et l’hôpital cantonal de Zurich.

L’élégant clocher ajouré supporte une sonnerie d’un poids total de plus de 9 tonnes. Les cloches, à l’origine en lancé franc, furent équipées en rétrolancé dans les années 1980 après que des mesures eurent démontré que la structure avait tendance à trop osciller. Auparavant, on avait tenté – sans trop de succès – de corriger le problème en posant des croisillons en acier dans les embrasures des baies. Nombre de sonneries monumentales installés dans des clochers effilés de la même époque connurent un sort identique, tant il est vrai qu’on présuma un peu trop de la résistance du béton durant la première moitié du XXe siècle. Les 5 cloches égrènent un motif appelé parfois « gamme chinoise ». Cette combinaison, plutôt rare en Suisse romande, est assez répandue outre-Sarine. Le bourdon, baptisé « Friede » (paix), porte sur sa panse cette émouvante inscription: « Gegossen 1940 in schwerer Kriegzeiten » (coulé en 1940 en ces pénibles temps de guerre).

sib2 do3 mib3 fa3 sol3
Ruetschi, Aarau 1940

Mes plus vifs remerciements à M. Franz Grossen, président de la paroisse réformée d’Altstetten, ainsi qu’à MM. Marco Wismer et Manuel Rios, sacristains. Un tout grand merci également à Stefan Mittl, expert-campanologue à Zurich, pour l’organisation.

Sources
http://www.kirchealtstetten.ch/grossekirche
https://fr.wikipedia.org/wiki/Altstetten
https://de.wikipedia.org/wiki/Werner_Max_Moser
https://de.wikipedia.org/wiki/Karl_Coelestin_Moser
Archives de la maison Ruetschi

A consulter
http://www.kirche-zh.ch/
https://www.stadt-zuerich.ch/portal
https://www.zuerich.com/fr#section-01

Cloches – Zurich (CH-ZH) église réformée de Wiedikon

P1070020

Construite de 1895 à 1896, l’église réformée de Wiedikon est un des édifices religieux néogothiques les plus majestueux et intéressants du pays. Le choix de la brique n’est de loin pas aléatoire: la présence de briqueteries sur le territoire de cette ancienne commune – rattachée à Zurich en 1893 – a rendu le coût de ce matériau bien plus accessible que s’il avait été question de pierres de tailles, comme l’architecte Paul Reber l’avait pourtant préconisé initialement. Victime – comme l’ont été nombre d’autres monuments issus du courant historiciste – de transformations malheureuses tout au long du XXe siècle, cette magnifique église a retrouvé son aspect original lors d’une ultime rénovation supervisée entre 1983 et 1984 par les Biens Culturels zurichois. L’impressionnant orgue Goll de 1897 a lui aussi subi de profondes modifications au fil des décennies. A l’origine pneumatique, l’instrument est aujourd’hui à traction mécanique depuis le relevage effectué en 1985 par la maison Kuhn. L’excellence de l’orgue, associée à la beauté et à la remarquable acoustique du lieu, font de l’église réformée de Wiedikon un lieu privilégié pour de nombreux concerts.

La sonnerie ne comportait initialement que 4 cloches formant un accord majeur parfait en si bémol 2. Un défaut de construction provoqua la chute de la cloche no2 en 1949. C’est en 1950 que l’actuelle cloche no4 fut hissée dans un emplacement déjà pensé lors de la construction du premier beffroi. Son aspect épuré tranche avec les riches motifs néogothiques de ses sœurs aînées.

-Cloche 1, « Cloche des Heures », note sib2 -26/100, poids 3’311kg, coulée en 1896 par Ruetschi à Aarau
-Cloche 2, « Cloche de Midi, note ré3 -41/100, poids 1’639kg, coulée en 1896 par Ruetschi à Aarau
-Cloche 3, « Cloche du Matin et du Soir », note fa3 -17/100, poids 1’009kg, coulée en 1896 par Ruetschi à Aarau
-Cloche 4, note sol3 -27/100, poids 770kg, coulée en 1950 par Ruetschi à Aarau
-Cloche 5, note sib3 +15/100, poids 421kg, coulée en 1896 par Ruetschi à Aarau

La3 = 435Hz, déviation en 1/16 de 1/2 ton

Dans le clocher se trouve une partie du vieux cadran, installé ici par l’ancien sacristain. Le mouvement  d’horloge mécanique, construit par la maison Maeder à Andelfingen, est toujours en fonction. Remarquez enfin l’intéressante « machine à tocsin » manuelle, conçue pour lancer l’alarme sur 2 cloches tintées

Mes plus vifs remerciements à M. Hans-Ulrich Spitzli, sacristain de longue date, pour sa gentillesse et sa disponibilité. Un tout grand merci également à mes excellents camarades Stefan Mittl, expert-campanologue à Zurich, et John Brechbühl, membre de la GCCS, pour l’organisation de cet intéressant week-end campanaire entre Zurich et Argovie les 18 et 19 juillet 2015.

Sources :
« Die reformierte Kirche Bühl in Zürich-Wiedikon », par Wilhelm Gut, © Evang-ref Kirchgemeinde Zürich-Wiedikon 2011
Archives de la maison Ruetschi
https://de.wikipedia.org/wiki/Wiedikon

A consulter :
http://www.kirche-wiedikon.ch/
http://www.buehlkirche.ch/
http://www.kirche-zh.ch/

Cloches / Glocken – Wetzikon (CH-ZH) église réformée

IMG_5963

1330, c’est la date à laquelle fut bâtie la première église de Wetzikon. Agrandi en 1713, l’édifice – dont la reconstruction était déjà évoquée fin 18e siècle – céda sa place à l’élégante église néogothique de 1897 que nous connaissons aujourd’hui. En charge des plans, Paul l’architecte bâlois auteur des plans de la remarquable église réformée de Zurich-Wiedikon.

Œuvre du même fondeur, la sonnerie fut toutefois réalisée en 2 coulées. La cloche 3 sonna en effet un temps dans le clocher de l’ancienne église. Les cloches 4 et 2 forment un triton, apparemment non voulu par la fonderie, puisqu’elle vendit la sonnerie comme un traditionnel Salve Regina. Paradoxalement, c’est ce défaut qui confère aujourd’hui à ces 5 cloches une saveur toute particulière. Les cloches de 1896 sont ornées de magnifiques motifs néogothiques, dont les anses en forme d’angelots, décorations typiques de l’époque. La sonnerie fut hissée le 31 octobre et le 2 novembre par les enfants des écoles. Il y a quelques années, le battant de la grande cloche se détacha, passa par la baie, et traversa le toit du transept. Il est aujourd’hui exposé dans le jardin.

Cloche 1, « Zeichenglocke », note la2, poids 4’460 kg, coulée en 1896 par Ruetschi d’Aarau
Cloche 2, « Elfuhrglocke », note do#3, poids 2’219 kg, coulée en 1896 par Ruetschi d’Aarau
Cloche 3, « Betzeitglocke », note mi3, poids 1’260 kg, coulée en 1896 par Ruetschi d’Aarau
Cloche 4, « Vesperglocke », note sol3, poids 720 kg, coulée en 1884 par Ruetschi d’Aarau
Cloche 5, « Kinderglocke », note la3, poids 545kg, coulée en 1896 par Ruetschi d’Aarau

DSC07441

DSC07436 DSC07437  DSC07442 DSC07443 DSC07444 DSC07447 DSC07448 DSC07450 DSC07451 DSC07452 DSC07456 DSC07457 DSC07458 DSC07460 DSC07462 DSC07466 DSC07467 DSC07469 IMG_5959 IMG_5960 IMG_5962 IMG_5963 IMG_5961

ancienne église ancien intérieur
Photos d’archive: à gauche, l’ancienne église. A droite, l’ancien orgue remplacé en 1976.

Remerciements à la paroisse réformée de Wetzikon pour l’aimable autorisation et les volées spéciales. Merci au sacristain pour sa gentillesse et sa disponibilité. Un tout grand merci à Stefan Mittl, campanologue à Zurich, pour l’organisation.

Sources: « 1897-1997 100 Jahre Reformierte Kirche Wetzikon », publication rédigée par Margrit Anderegg, Hans Peter Weinmann et Andreas Zwingli

http://www.wetzikonref.ch/
http://www.wetzikon.ch/

Cloches – Brütten (CH-ZH) église réformée

DSC07434

C’est le 27 septembre 1908 que fut inaugurée l’église réformée de Brütten. Ce charmant édifice de style art nouveau s’élève sur les fondations d’une ancienne église du 14e siècle, et qui fut progressivement transformée et agrandie en 1568 et en 1774. Le clocheton refermait 3 cloches: la plus ancienne, non datée, était de facture gothique; les 2 autres furent coulées en 1502 et 1777.

C’est le talentueux Jules Robert qui coula les 4 nouvelles cloches dans son atelier de Nancy en 1907, autrement dit peu de temps avant de s’établir à Porrentruy, dans le Jura suisse.

Cloche 1, do#3, 2’120kg
Cloche 2, fa3, 1’115kg
Cloche 3, sol#3, 623kg
Cloche 4, do#4, 264kg

DSC07417

DSC07414 DSC07430 DSC07428 DSC07427 DSC07426 DSC07425 DSC07419 DSC07415 DSC07414 DSC07409 DSC07410 DSC07413 DSC07412 DSC07405 DSC07408 DSC07406 DSC07404 DSC07403 DSC07402 DSC07435 DSC07433 DSC07411 DSC07432 DSC07422 DSC07421 DSC07420

clochesLe convoi des cloches, en présence de Jules Robert (3e depuis la gauche sur le chariot)
Images d’archives
cadran Coq

Mes plus vifs remerciements à la paroisse de Brütten. Un grand merci à Stefan Mittl, campanologue à Zurich, pour l’organisation de ce magnifique week-end campanaire. Remerciements enfin à Anaïs Barillet pour ses précieuses indications.

http://www.kirchebruetten.ch/
http://www.bruetten.ch/
http://drs.srf.ch/www/de/drsmusikwelle/sendungen/72657.glocken/glocken-der-heimat/72657.81265.zuerich/zuerich/81265.80960.bruetten-ref-kirche.html

Cloches / Glocken – Dietikon (CH-ZH) église catholique St Joseph

L’église catholique St Joseph de Dietikon fut consacrée en 1968. Bâtie sur les plans de l’architecte Julius Senn, elle renferme dans son petit clocher une charmante (et bruyante) sonnerie signée Emil Eschmann. Le volume sonore dégagé est tel que les ouvertures ont été partiellement colmatées avec des planches.

Cloche 1 « St. Josefsglocke », mi3, 1’250kg
Cloche 2 « St. Johannesglocke », sol#3, 630kg
Cloche 3 « Christusglocke », si3, 370kg
Cloche 4 « Schutzengelglocke », do#4, 270kg

Remerciements à mon ami John Brechbühl pour cette intéressante découverte

http://www.kath-dietikon.ch/d/stJosefDietikon

Cloches / Glocken Dietikon (CH-ZH) église réformée

Jusqu’au début du 20e siècle, catholiques et réformés de Dietikon se partageaient la même vieille église. La démographie galopante, initiée par l’industrialisation de la région zurichoise, vit les 2 communautés opter pour la construction de leurs propres lieux de cultes. Ainsi sortit de terre l’église St Agathe en 1921 (catholique, sur les lieux de l’ancienne église de 1628), et l’église réformée en 1925. A noter que les 2 clochers possèdent chacun une sonnerie en La2

La2 do#3 mi3 fa#3, Ruetschi, 1925, poids total 8’903 kg

Cloches – Zurich-Oerlikon (ZH) église réformée

ZH Oerlikon église réformée.JPG

C’est avec l’avènement du chemin de fer dans la région, dès 1855, qu’Oerlikon passa en quelques décennies du statut de village à celui de quartier industriel de Zurich. Se posa dès lors la question d’une nouvelle église réformée. Après maintes tergiversations, c’est finalement le projet des architectes Adolf Asper et Gustav Gull qui fut retenu. Les travaux débutèrent le 6 mai 1906, pour s’achever le 5 avril 1908. Ce joyau de l’architecture de la Belle-Epoque connut de nombreuses transformations, pas toujours de très bon goût. Fort heureusement, la dernière restauration de 2008-2009 sut redonner à l’église réformée d’Oerlikon son charme d’antan: mariage heureux d’historicisme et d’Art Nouveau.

C’est dans son tout nouvel atelier de Porrentruy (JU) que Jules Robert coula en 1907 la sonnerie de l’église réformée d’Oerlikon. Du talentueux fondeur lorrain, on reconnaît ici non seulement la justesse musicale, mais aussi et surtout la qualité iconographique des cloches. Il est à noter que 70% du bronze utilisé ici provient de la fonte de canons de la guerre franco-prussienne de 1870.

Cloche 1, dite « bourdon », note si2, diamètre 162.5cm, poids 3’050kg
Cloche 2, dite « de midi », note ré#, diamètre 130.1cm, poids 1’555kg
Cloche 3, dite « de la prière », note fa#3, diamètre 108cm, poids 895kg
Cloche 4, dite « des morts », note sol#3, diamètre 96cm, poids 626kg

La sonnerie, qui donna de la voix pour la première fois le 29 octobre 1907, fut conçue pour s’harmoniser avec l’ancienne église de Schwamendingen, mais aussi avec l’ancienne sonnerie de l’église catholique d’Oerlikon, jadis en mib3. En 1963, cette dernière passa commande auprès de Karl Czudnochowsky de l’actuelle sonnerie monumentale en lab2, l’une des plus belles réussites du fondeur allemand.

ZH Oerlikon église réformée cloche 1.JPG

^ ^ Le bourdon en si2, de profil lourd (plus de 3 tonnes), rare chez Jules Robert

v v La cloche 2

ZH Oerlikon église réformée cloche 2.JPG

**********

ZH Oerlikon église réformée cloche détail 5.JPG

La finesse du détail, l’une des marques de fabrique de ce grand fondeur que fut Jules Robert

ZH Oerlikon église réformée cloche détail 1.JPG
ZH Oerlikon église réformée cloche détail 2.JPG
ZH Oerlikon église réformée cloche détail 3 date.JPG
ZH Oerlikon église réformée cloche détail 4 jules robert.JPG

**********

ZH Oerlikon église réformée horloge.JPG

^ ^ L’horloge mécanique (Mäder, Andelfingen, 1907), toujours partiellement en fonction (pour la frappe des quarts et des heures)

v v Détail du beffroi. Si Jules Robert a opté pour le métal pour ses beffrois au tournant du 20e siècle, il a continué à équiper ses cloches de jougs en chêne. Contrairement à des fondeurs comme Ruetschi ou Keller, qui vers 1880 déjà, se sont mis à accrocher leurs cloches à des montures en fonte

ZH Oerlikon église réformée beffroi.JPG

**********

ZH Oerlikon église réformée archives cloches fonderie.jpg

Images d’archives : les cloches encore toutes rutilantes à la fonderie, puis à leur arrivée à Oerlikon le 23 octobre 1907

ZH Oerlikon église réformée archives cloches arrivée.jpg

**********

ZH Oerlikon église réformée intérieur.JPG

Je vous laisse finalement admirer quelques détails architecturaux de la splendide église réformée de Zurich-Oerlikon. Ci-dessus, l’orgue construit en 1967 par la Manufacture de Genève. Il s’agit du troisième instrument à occuper successivement la vaste galerie. Ci-dessous les magnifiques vitraux du verrier zurichois Georg Röttinger, dans la plus pure tradition de l’Art Nouveau

ZH Oerlikon église réformée vitrail.JPG
ZH Oerlikon église réformée rampe.JPG
^ ^ Détail de la rampe d’escalier menant au clocher
v v L’un des anciens bancs, malheureusement ôtés lors de la rénovation de 1973-1974
DSC05804.JPG
ZH Oerlikon église réformée détail.JPG
^^ Les magnifiques fresques du plafond, recouvertes de peinture blanche en 1941, heureusement réhabilitées en 2008-2009
ZH Oerlikon église réformée chapiteau.JPG

Un immense merci à Stefan Mittl, campanologue à Zurich, pour l’organisation de la visite du clocher. Remerciements également à la paroisse réformée de Zurich-Oerlikon pour l’aimable autorisation.

Sources :
« Reformierte Kirche Oerlikon », par Matthias Walter, dans la série « Schweizerische Kunstführer »
http://www.kirchgemeindeoerlikonref.ch/alteglockenbilder…. (pour les photos d’archives des cloches)

Liens:
http://www.kircheoerlikon.ch/
http://www.kirche-zh.ch/
http://www.stadt-zuerich.ch/

Cloches – Zurich-Altstetten (ZH) ancienne église réformée

Zh Altstetten ancienne et nouvelle église .JPG

C’est vers l’an 1300 que fut construite – sur les fondations d’un sanctuaire pré-roman du 11e siècle – celle qu’on appelle aujourd’hui l’ancienne église réformée (« reformierte alte Kirche ») de Zurich-Altstetten. Parmi les nombreuses transformations menées au fil des siècles, signalons la reconstruction de la nef en 1418, les belles voûtes du choeur en 1483, et quelques travaux d’agrandissement en 1761 et 1842. Jugée définitivement trop exigüe face au développement effréné du quartier, cette jolie petite église vit s’ériger à quelques mètres d’elle une nouvelle église (« grosse Kirche »), achevée en 1942. Sont encore célébrés dans l’ancien édifice des mariages et des cérémonies funèbres

Si elle ne donne plus que très occasionnellement de la voix, la sonnerie de l’ancienne église réformée de Zurich-Altstetten compte parmi les plus intéressantes de la région. Se retrouve ici le savoir-faire de pas moins de 3 générations de fondeurs locaux: 2 représentants de la longue dynastie des Füssli, ainsi que la dernière famille de fondeurs zurichois, à savoir les Keller.

Cloche 1 (Elfuhrglocke), note fa#3, coulée par Hans Füssli I en 1499
Cloche 2 (Betzeitglocke), note la3, coulée par Johannes Füssli III en 1793
Cloche 3, note si3, coulée par Jakob Keller I en 1831

ZH Altstetten cloche 1.JPG

La cloche 1, de facture gothique, coulée par Hans Füssli I en 1499. Egalement fondeur, Peter, le frère de Hans, se distingua en 1611 en coulant – avec Abraham Zender de Berne – le bourdon en mi bémol 2 de la cathédrale de Berne, la plus grande cloche de Suisse aujourd’hui encore. La dynastie des Füssli fut étroitement liée à l’industrie campanaire zurichoise depuis le 15e siècle jusqu’en 1843, date du décès de son dernier représentant, Wilhelm Konrad. Fondeurs de cloches, mais aussi fabricants de pièces d’artillerie, imprimeurs, commerçants et artisans, les membres de la famille Füssli ont occupé les plus hauts rangs de la scène politique zurichoise.

ZH Altstetten cloche 1 détail.JPG
ZH Altstetten cloche 1 joug.JPG

**********

ZH Altstetten cloche 2.JPG

Oeuvre de Johannes Füssli III en 1793, la cloche 2 possède – à mon humble avis – la plus belle saveur sonore de la sonnerie.

ZH Altstetten cloche 2 détail.JPG

**********

ZH Altstetten cloche 3.JPG

Benjamine de la sonnerie, la cloche 3 fut coulée en 1831 par Jakob Keller I. Une autre petite cloche, du même fondeur, fut descendue du clocher en 1941, et envoyée au Lichtestein. Si la dynastie des Keller ne connut que 2 représentants (Jakob I et II, père et fils), elle sut modeler de manière durable le paysage campanaire suisse, mais aussi étranger. Outre de nombreuses cloches zurichoises, les Keller se virent confier la réalisation de sonneries monumentales telles que celles de la cathédrale de Bâle et du temple St Etienne de Mulhouse. Cette dernière demeure à ce jour la plus lourde sonnerie protestante de France. Notons que mon bon vieux pays de Fribourg héberge lui aussi 3 belles sonneries Keller, déjà immortalisées sur cette page : Fribourg (temple), Estavayer-le-Gibloux et Orsonnens. Après la mort de Jakob II en 1894, les actifs de la fonderie Keller furent rachetés par Ruetschi d’Aarau, qui exploita un bref temps encore l’atelier situé à dans l’actuel quartier d’Unterstrass.

ZH Altstetten cloche 3 détail.JPG

**********

ZH Altstetten horloge.JPG

Le beau mouvement d’horloge mécanique, construit par Mäder, d’Andelfingen, en 1860. Si cette vénérable mécanique emplit encore le vieux clocher de son chaleureux tic tac, c’est uniquement « pour beurre »: les aiguilles du cadran sont en effet gérées par un moteur électrique couplé à une horloge-mère radiocommandée. Notons également la transformation (pas très discrète) de la remontée des poids par moteur électrique. La partie tintement est – quant à elle – désactivée, étant donné que ce sont aujourd’hui les cloches de la nouvelle église (Sib2 do3 mib3 fa3 sol3, Ruetschi 1940) qui rythment aujourd’hui la vie du quartier d’Altstetten. Encore active dans son fief d’Andelfingen depuis 1845, la maison Mäder s’est vu rachetée il y a quelques années par Ruetschi d’Aarau.

Zh Altstetten ancienne église intérieur.JPG
Zh Altstetten ancienne église vieille photo.JPG

Mes plus vifs remerciements à Stefan Mittl, campanologue à Zurich, pour l’organisation de cette belle sortie campanaire. Merci également à la paroisse réformée de Zurich-Altstetten pour son aimable autorisation.

Sources:
Dictionnaire historique de la Suisse
http://www.kirchealtstetten.ch
http://www.turmuhren-schweiz.ch/

Liens:
http://www.kirche-zh.ch/
http://www.stadt-zuerich.ch/

Cloches/Glocken – Zurich (ZH) Reformierte Kreuzkirche – Hottingen

Zurich Kreuzkirche.JPG

La Kreuzkirche s’est voulue à l’origine une réplique à un autre temple réformé, construit quelques années plus tôt de l’autre côté de la rade: l’église d’Enge. Les riches habitants d’Hottingen voulurent pousser encore plus loin les limites du gigantisme zurichois, avec cet imposant édifice, bâti sur les hauteurs, visible à des kilomètres à la ronde.

Destinée à l’origine à accueillir ce qui aurait été le plus gros bourdon de Suisse (un mib2), l’impressionnante coupole s’est finalement bornée à héberger une sonnerie de 5 cloches en lab2, coulée par Ruetschi en 1904, un an avant la consécration de l’église.

Cloche 1 (bourdon), note lab2, poids 5’100kg
Cloche 2, do3, 2’536kg
Cloche 3, mib3, 1’479kg
Cloche 4, lab3, 683kg
Cloche 5, do4, 300kg

Zurich Kreuzkirche cloche 2.JPG
la cloche 2
Zurich Kreuzkirche cloche 2 anses.jpg
**********
Zurich Kreuzkirche grande cloche ruetschi.jpg
détails du bourdon
Zurich Kreuzkirche grande cloche anses.jpg
**********
Zurich kreuzkirche plan.jpg
^ ^ Comme on l’observe sur le plan ci-dessus, le beffroi ne repose pas sur la base de la coupole, mais – statique oblige – prend assise directement sur la voûte au-dessus de la nef
**********
Zurich kreuzkirche horloge.JPG
La pièce sous la chambre des cloches abrite non seulement le mouvement d’horloge (fabrication Mäder), mais également l’ancien mécanisme de motorisation des cloches. Cet étrange système (que j’observe ici pour la première fois, voir ci-dessous), fonctionnait avec un moteur unique, ainsi qu’un jeu de poulies et de différentiels reliés aux cloches par des câbles
Zurich kreuzkirche ancienne motorisation.JPG
Mes plus vifs remerciements à Mme Barbara Thommen, sacristine, pour son aimable accueil; ainsi qu’à M. Jean-Pierre Zimmermann, pour l’organisation de cette agréable sortie campanaire
Zurich kreuzkirche chaire.jpg
Zurich Kreuzkirche parvis.JPG