Cloches – Monthey (CH-VS) église Notre-Dame de l’Immaculée-Conception

Le clocher de l’église paroissiale de Monthey renferme l’une des plus imposantes sonneries valaisannes 

A un jet de pierre de la vénérable abbaye de Saint-Maurice, l’église Notre-Dame de l’Immaculée-Conception de Monthey dispose elle aussi d’une imposante sonnerie : sept cloches en do3 coulées par Ruetschi d’Aarau en 1895

Une église néoclassique sarde flanquée d’un clocher plus ancien – Une première église paroissiale fut édifiée à ce même endroit en 1707. Elle était alors entourée de son cimetière. En mauvais état et devenue trop petite, elle fut démolie vers 1850. L’élégant clocher a heureusement été conservé. L’église actuelle a été consacrée en 1855, sous le vocable de Notre-Dame de l’Immaculée-Conception, dont le dogme avait été proclamé par Pie IX en 1854. C’est Emile Vuilloud, architecte à Monthey, qui a dessiné les plans de cet édifice de type basilical à croisée, dont l’ensemble s’inscrit dans un rectangle. Nous sommes en présence d’une église de style néoclassique sarde, un courant très prisé en Valais et en Savoie avant l’apparition de styles néo-médiévaux tels que le néogothique et le néoroman. L’aspect austère de l’extérieur tranche avec la richesse intérieure : colonnes en faux marbre, chapiteaux corinthiens, décor peint, voûtes à caissons ainsi 5 coupoles en trompe-l’oeil. On y admire également un riche mobilier liturgique, tels que le maître autel en marbre blanc, noir et rouge de Gustave Doret et le tabernacle couronné d’un tempietto. A noter que les élégants fonts baptismaux, de style baroque primitif, proviennent de la première église de 1707.

Une sonnerie reconstituée après incendie – On ne sait pas grand chose des cloches qui donnèrent de la voix avant 1895. Il est seulement mentionné que cet hiver-là, le clocher fut ravagé par le feu. La paroisse n’attendit pas pour faire couler une nouvelle sonnerie, puisque cette dernière fut réalisée la même année. Les sept cloches sont toutes ornées d’élégantes décorations baroques. La justesse plus qu’approximative de la ligne nominale (cloche no6 un peu trop haute, no5 beaucoup trop basse) n’enlève rien au charme de l’ensemble. L’ancien clavier, toujours présent sous la chambre des cloches, nous apprend qu’on carillonnait ici jadis, comme dans beaucoup de paroisses valaisannes. Une curiosité est à noter quant à l’équipement : la partie centrale du beffroi de fer (soutènement des cloches no1 et 2) est conçue pour glisser sur les solives pendant la volée, grâce à un dispositif semblable à un patin. On peut considérer qu’il s’agit d’une version modernisée des vieux beffrois roulants en bois qu’on peut encore observer dans de rares clochers.

– Cloche 1 « Maria Immaculata », note do3 -18/100, poids environ 2’450kg
– Cloche 2 « Maria Magdalena », note mi3 -37/100, poids environ 1’200kg
– Cloche 3, note sol3 -7/100, poids environ 730kg
– Cloche 4, note la3 -14/100, poids environ 520kg
– Cloche 5, note si3 -44/100, poids environ 350kg
– Cloche 6, note do4 +29/100, poids environ 300kg
– Cloche 7, note ré4 +19/100, poids environ 200kg
(la3 = 435 Hz)

Mes plus vifs remerciements à la paroisse catholique de Monthey pour son aimable autorisation et à Mme Maria Païano, sacristine, pour son accueil et sa disponibilité. Remerciés soient également mes vaillants camarades campanaires pour leur indispensable collaboration : Antoine, carillonneur à Saint-Maurice et à Taninges (photos et plans vidéos additionnels, ainsi que mise en volée des cloches) et John Brechbühl, membre de la GCCS (prise de son)

Sources
http://www.paroisse-monthey.ch/paroisse/eglises-et-chappelles/eglise-de-monthey.html
Archives de la maison Ruetschi

Cloches – Saint Maurice (CH-VS) abbaye territoriale de Saint-Maurice d’Agaune

St Maurice abbaye

L’abbaye territoriale de Saint Maurice d’Agaune a été fondée en 515 par le futur roi burgonde Saint Sigismond, à l’emplacement d’un sanctuaire plus ancien érigé par Théodore d’Octodure, premier évêque connu du Valais, et abritant les reliques de Maurice d’Agaune, martyr du IIIe siècle. La cité d’Agaune a d’ailleurs pris son nom et s’appelle aujourd’hui Saint Maurice. L’abbaye est la plus ancienne d’Europe occidentale en activité à avoir été occupée en permanence. Si le premier sanctuaire, dont les fondations ont été mises en valeur, fut érigé dans le sens classique est-ouest, les nombreux éboulements successifs poussèrent finalement les chanoines à le reconstruire au XVIIe siècle dans le sens nord-sud. Cela n’empêcha pas un nouvel éboulement de créer de gros dégâts en 1942, obligeant ainsi la flèche du clocher et une partie de l’église à être reconstruits. L’abbatiale occupe le rang de basilique mineure depuis 1948. L’abbaye ne fut jamais dépendante d’un diocèse et d’un évêque, car elle bénéficia dès sa fondation de l’immédiateté pontificale, c’est-à-dire qu’elle dépend directement du Pape et de lui seul. Aujourd’hui encore, le père abbé de Saint-Maurice exerce sa propre juridiction spirituelle sur sa communauté abbatiale, ainsi que sur les cinq paroisses de son territoire. L’abbaye possède également un collège renommé ayant un statut d’établissement semi-privé.

L’imposant clocher roman avec sa flèche de pierre, typique de la Vallée du Rhône, semble se dresser ici depuis la nuit des temps. Or, quand on y pénètre, on se rend compte que les étages supérieurs et sa flèche mêlent pierre et béton, conséquence du dernier terrible éboulement de 1942. La partie la plus ancienne de la sonnerie ne date que de 1818. Elle est l’œuvre de fondeurs veveysans déjà maintes fois rencontrés en Suisse romande : Pierre Dreffet et son neveu Marc Treboux. Ruetschi d’Aarau y ajouta une cloche plus grande en 1947. La sonnerie à la volée fut complétée en 1998 par un bourdon coulé par Paccard. Cette cloche, modèle réduit à l’échelle 1/2 de la plus grande cloche de volée au monde (un la1 de 32 tonnes), fut coulée dans un chantier naval de Nantes. Fêlé peu après sa mise en service, le bourdon de Saint Maurice fut refait en 2010, toujours par Paccard, mais cette fois dans les ateliers de Sévrier. On trouve également, dans le clocheton au dessus du chœur, une petite cloche Ruetschi de 1988. Elle remplace une cloche fêlée de 1752. Signalons enfin que l’abbaye de Saint Maurice possède le plus grand carillon de Suisse avec 49 cloches. L’instrument est formé des 4 plus grandes cloches à la volée (sol#2-do#3-mi3-fa#3) et de 45 cloches Eijsbouts. Nous sommes donc en présence d’un carillon de quatre octaves basé sur le do#3, entièrement chromatique dès ré#3, avec sol#2 comme dominante inférieure.

-Cloche 1, « Trinitas », note sol#2, poids 4’100kg, refondu en 2010 par Paccard à Sévrier
-Cloche 2, « Thébaine », note do#3, diamètre 145cm, poids 1732 kg, coulée en 1947 par Ruetschi d’Aarau
-Cloche 3, « St Maurice », note mi3, diamètre 115cm, poids 920kg, coulée en 1818 par Pierre Dreffet et Marc Treboux de Vevey
-Cloche 4, « St Sigismond », note fa#3, diamètre 103cm, poids 620kg, coulée en 1818 par Pierre Dreffet et Marc Treboux de Vevey
-Cloche 5, « St Augustin », note sol#3, diamètre 92cm, poids 450kg, coulée en 1818 par Pierre Dreffet et Marc Treboux de Vevey
-Cloche 6, « St Théodule », note la3, diamètre 86cm, poids 350kg, coulée en 1818 par Pierre Dreffet et Marc Treboux de Vevey
-Cloche 7, « Marie-Madeleine », note si3, diamètre 77cm, poids 260kg, coulée en 1818 par Pierre Dreffet et Marc Treboux de Vevey
-Cloche 8, « Candide », note do#4, diamètre 69cm, poids 180kg, coulée en 1818 par Pierre Dreffet et Marc Treboux de Vevey

Analyse des partiels (la3 = 435Hz, déviation en 1/100 de 1/2 ton)

Octave inf Prime Tierce min Quinte Octave sup
Cloche 1 sol#1 +6 sol#2 +31 si2 +20 ré#3 +52 sol#3 +27
Cloche 2 do#2 +25 do#3 +43 mi3 +48 sol#3 +23 do#4 +37
Cloche 3 mi2 +1 mi3 +68 sol3 +24 si3 +31 mi4 +11
Cloche 4 fa#2 -28 fa#3 +48 la3 +16 do#4 +-0 fa#4 +13
Cloche 5 sol#2 -45 sol#3 +60 si3 +3 ré#4 -12 sol#4 -5
Cloche 6  la2 -61 la3 +63 do4 -8 mi4 -29 la4 -18
Cloche 7 si2 -51 si3 +82 ré4 +10 fa#-25.22 si4 -1
Cloche 8 do#3 -104 do#4 +47 mi4 -29 sol#4 -78 do#5 -39

Le bourdon « Trinitas »

« Thébaine », la cloche no2

Les cloches no3 à 8

Dans la flèche : « Marie-Elisabeth » (Si4, diamètre 41cm, poids 42 kg)

Mes plus vifs remerciements, pour cette énième visite de l’abbaye de Saint-Maurice et de son clocher, vont à :
– Mgr Jean Scarcella, Père Abbé, pour son aimable autorisation et son chaleureux accueil
– Matthias Walter, expert campanologue à Berne, pour l’organisation.

Je remercie également pour leur indispensable collaboration :
Antoine, carillonneur à Taninges
Dominique, responsable technique des clochers de Val-de-Travers

Sources :
« Une nouvelle cloche à l’abbaye », article de François Roten, carillonneur et vice-président de la GCCS, paru dans « Echos de Saint-Maurice », 2000, tome 95a, p. 30-34. © Abbaye de Saint-Maurice 2014 (merci à Ralf Pittet)
http://abbaye-stmaurice.ch/page.php?id=fr56
https://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_territoriale_de_Saint-Maurice_d’Agaune

Cloches – Grimisuat (CH-VS) église St Pancrace

DSC08732

La première mention de l’église paroissiale de Grimisuat remonte à 1193. Son clocher roman en pierre, si caractéristique de la Vallée du Rhône, semble avoir été édifié entre la fin du 12e et le début du 13e siècle. D’intéressantes peintures murales, datées de 1626, ornent le chœur. Beaucoup plus récentes sont les fresques de la nef : 1948. C’est à cette date que fut construit l’actuel portail occidental, de style néo-roman.

Le fin clocher contient 4 cloches, toutes coulées par Louis Gautier. Déjà rencontré à Bramois, ce fondeur de Briançon confectionna les sonneries de ces 2 églises valaisannes – distantes de moins de 10km – la même année, à savoir en 1814. Si dans le cas de Bramois, nous avions déjà constaté que les cloches avaient troqué leurs jougs en bois contre des tringles droites en acier, on peut voir que ce sont des jougs cintrés en fonte qui ornent les 4 cloches de Grimisuat. Leurs battants abaissés, mais non munis de contrepoids, font que nous sommes ici en présence d’une de rares sonneries en mode rétro-mitigé de Suisse. L’angle de volée trop élevé péjore hélas la sonnerie par un rythme trop lent. Dans le cas de la cloche 4, le battant rebondit même à plusieurs reprises sur la lèvre inférieure. Le responsable nous a assurés lors de notre visite qu’une révision complète de la motorisation était envisagée. On respire !

  • Cloche 1: note la3 -5
  • Cloche 2: note si3 -2
  • Cloche 3: note do#4 +5
  • Cloche 4: note ré#4 +2

Analyse de la sonnerie (la3 = 435Hz, déviation en 1/16 de 1/2 ton)

Octave inf. Prime Tierce min. Quinte Octave sup.
Cloche 1 la2 -2 la3 +3 do4 -1 mi4 -13 la4 -5
Cloche 2 si2 -1 si3 +10 ré4 +3 fa#4 -1 si4 -2
Cloche 3 do#3 +2 do#4 +30 mi4 +12 sol#4 +6 do#5 +5
Cloche 4 ré#3 -1 ré#4 +15 fa4 +6 la#4 -1 ré#5 +2
DSC08716

Le clocher vu de l’intérieur

DSC08724 DSC08720 DSC08717 DSC08727

DSC08729

Le grand retable ci-dessus et l’une des remarquables fresques de 1626 ornant le chœur

DSC08731

Remerciements au Père Etienne Catzéflis, curé, pour son aimable autorisation, ainsi qu’à M. Martin Métrailler, sacristain, pour son aimable accueil. Amitiés à Matthias Walter, campanologue à Berne, qui m’accompagnait pour cette agréable sortie campanaire valaisanne en cette belle journée ensoleillée du 16 août 2013.

http://www.grimisuat.ch/
http://www.cath-vs.ch/

Appareil photo : Sony Cybershot DSC-S750
Caméra : iPhone 4
Enregistreur audio : Zoom H4N
Logiciel d’édition audio : Audobe Audition
Logiciel de montage vidéo : Windows Movie Maker

Cloches – Martigny (CH-VS) église Notre-Dame de la Visitation

DSC08760

Les origines de l’église paroissiale de Martigny remontent au 4e siècle, avec un premier sanctuaire chrétien établi dans une villa romaine. Un vaste ensemble, comprenant deux églises accolées, caractéristique d’une cathédrale, le remplaça très vite. Evidemment que ces bâtiments furent reconstruits à de multiples reprises avant l’édification de l’actuelle église Notre-Dame de la Visitation, consacrée en 1687. Il est à noter que cette dernière – à l’inverse des édifices précédents – est orientée plein ouest. Elevé entre 1717 et 1723, le clocher, haut de 55m, est couronné d’une flèche octogonale en pierre, typique de la vallée du Rhône.

Parmi les 6 cloches de cet intéressant ensemble historique, la plus ancienne, datée de 1550, sonnait déjà dans le clocher médiéval précédent. Signée FS, cette grande cloche en Fa3 pourrait être l’une des premières œuvres de Franz Sermund, fondeur originaire de Bormio, devenu bourgeois de Berne en 1567. La sonnerie s’étoffa de 4 cloches du saintier lorrain Etienne Ducray entre 1745 et 1748, avant d’être finalisée par Pierre Dreffet de Vevey en 1797.

Clipboard01

Cloche 1, note fa3 -4, coulée en 1550, signée FS (Franz Sermund??)
Cloche 2, note solb3 +7, coulée en 1745 par Etienne Ducray, saintier originaire de la Haute-Marne
Cloche 3, note lab3 +5, coulée en 1797 par Pierre Dreffet de Vevey
Cloche 4, note si3 -7, coulée en 1745 par Etienne Ducray, saintier originaire de la Haute-Marne
Cloche 5, note do4 -4, coulée en 1748 par Etienne Ducray, saintier originaire de la Haute-Marne
Cloche 6, note ré4 -0, non datée, coulée par Etienne Ducray, saintier originaire de la Haute-Marne

DSC08734

La grande cloche est aussi la plus ancienne de la sonnerie (1550)

DSC08736

Le cloche 3, coulée par Pierre Dreffet, venue s’ajouter à la sonnerie en 1797.
Ci-dessous, les détails des cloches d’Etienne Ducray et l’horloge mécanique Baer (tintement horaire et à la demie)

DSC08740 DSC08746 DSC08752 DSC08754

IMG_2272

L’intérieur de l’église. Admirez l’orgue Merklin de 1871, mais aussi le maître-autel baroque, la chaire en noyer et les fonts baptismaux magnifiquement ouvragés (17e siècle)

IMG_2275 IMG_2274 IMG_2273 IMG_2276 IMG_2277 IMG_2278 IMG_2279

DSC08757 IMG_2271 DSC08759 IMG_2281

Mes plus vifs remerciements au Père François Lamon pour son aimable accueil en cette journée ensoleillée du 16 août 2013

http://www.paroissemartigny.ch/
http://www.martigny.ch/

Appareil photo : Sony Cybershot DSC-S750
Caméra : iPhone 4
Enregistreur audio : Zoom H4N
Logiciel d’édition audio : Audobe Audition
Logiciel de montage vidéo : Windows Movie Maker
Logiciel d’analyse sonore : Audacity

Cloches – Bramois (CH-VS) église St Laurent

DSC08681

Mentionné pour la première fois comme paroisse le 13 mai 1278, Bramois a vu sa première chapelle construite au 5e siècle, à l’emplacement de la cure actuelle. L’édifice fut agrandi au 6e siècle, avant de devenir une véritable église vers l’an 1000. Alors que la chapelle du Pont, dédiée à Ste Catherine, fut bâtie ente 1644 et 1650, l’église St Laurent, de style néo-classique, ne date que de 1861.

L’élégant clocher en pierres apparentes surmonté d’un lanternon renferme une ravissante sonnerie signée Louis Gautier de Briançon (F-05) en 1814. Cette famille de saintiers a laissé son empreinte campanaire dans tout l’arc alpin entre le 17e et le 19e siècle. Corrigées au 20e siècle, les 4 cloches égrènent un charmant Regina Caeli sur les notes sib3 do4 ré4 mib4.

DSC08703

Les 4 cloches. 3 d’entre elles portent d’importantes traces de burinage

DSC08696 DSC08694 DSC08687 DSC08702 DSC08711

DSC08714

Le clavier de carillonneur, témoin d’une longue tradition valaisanne. Ci-dessous, l’ancienne horloge à cage, datée de 1741

DSC08706 DSC08708

DSC08686

L’intérieur de cette belle église néoclassique, rénovée en 2001

DSC08684

Mes plus vifs remerciements à Soeur Marie-Régis pour son aimable accueil.

http://www.paroisses-sion.ch/pages/bienvenue.php?s=5
http://www.bramois.ch/FR/Home.awp

Appareil photo : Sony Cybershot DSC-S750
Caméra : iPhone 4
Enregistreur audio : Zoom H4N
Logiciel d’édition audio : Audobe Audition
Logiciel de montage vidéo : Windows Movie Maker

Cloches – Sion (CH-VS) basilique de Valère

Basilique Valère

Silhouette peu banale que celle de l’église fortifiée de Valère. Sa construction débuta fin du 11e siècle pour s’achever rapidement au milieu du 13e siècle. Comme beaucoup d’édifices de la même époque, 2 styles sont représentés: le roman, dans les bases des chevets et les soubassements, et le gothique. L’orgue en nid d’hirondelle, dont la construction est estimée entre 1431 et 1437, est le plus vieil instrument de ce type encore jouable au monde. Les anciennes dépendances des chanoines, habitées jusqu’à la Révolution française, abritent aujourd’hui le Musée cantonal d’histoire. En 1987, Valère est consacrée Basilique mineure par le pape Jean-Paul II.

Si le clocher de la cathédrale de Sion renferme pas moins de 7 cloches, elles ne sont que 4 voix à se balancer au dernier étage de l’imposant clocher crénelé de Valère. La plus ancienne est de facture gothique. Les 2 plus grandes, de style néo-gothique, portent la mention de leurs ancêtres médiévales. Ce n’est que fin 2012 que la sonnerie fut complétée  par l’adjonction d’une 4e cloche.

Cloche 1, note mib3 +3.43, diamètre 127cm, coulée en 1378, refaite en 1875 par Gustave Tréboux de Vevey
Cloche 2, note sol3 +6.29, diamètre 98cm, coulée en 1403, refaite en 1875 par Gustave Tréboux de Vevey
Cloche 3, note sib3 +0.5, coulée en 2012 par Paccard d’Annecy
Cloche 4, note ré4 +4.76, coulée en 1433
(diapason: la3 = 440Hz)

Pour écouter les solos des 4 cloches

DSC08647

La grande cloche

DSC08664

DSC08666

La cloche 2

DSC08651 DSC08672

DSC08654

La cloche 3, ajoutée en 2012

DSC08648

DSC08655

La cloche 4

DSC08662

DSC08676

Le plus ancien orgue encore jouable au monde, construit vers 1430.Ci dessous – autre rareté – le jubé du 13e siècle.

DSC08679

DSC08644 DSC08645

Un grand merci au chanoine Josef Zimmermann pour son aimable accueil, sa disponibilité, et la mise à disposition d’une riche documentation. Remerciements à Matthias Walter, campanologue à Berne, pour l’organisation.

http://www.cath-vs.ch/sous-sites/chapitre-sion/valere.html
http://siontourisme.ch/index.php/art-et-culture/histoire-des-4-chateaux/234-le-site-de-valere
http://fr.wikipedia.org/wiki/Basilique_de_Val%C3%A8re
www.voyagesphotosmanu.com

 Appareil photo : Sony Cybershot DSC – S750
Caméra : iPhone 4
Enregistreur audio : Zoom H4N
Logiciel d’analyse sonore: Audacity

Cloches – Sion (CH-VS) cathédrale Notre-Dame du Glarier

IMG_2259

Un imposant clocher-porche du 13e siècle, rehaussé en 1403, une nef gothique du 15e siècle.. la cathédrale de Sion n’a en gros subi que peu de transformations au fil des siècles, si on compare son histoire à celle d’autres édifices de la même époque. On notera toutefois – au chapitre des modifications les plus récentes – l’agrandissement du chœur de deux travées et la création d’une chapelle en prolongement du transept nord.

Si la cathédrale en elle-même n’a pas subi de profonds bouleversements architecturaux depuis le Moyen-Âge, on ne peut pas en dire de même de la sonnerie! Aux 2 grandes cloches du 15e siècle, sont venues s’ajouter pas moins de 5 nouvelles voix entre le 16e et le 19e siècle, dont certaines ont du être refondues. Une petite cloche, qui sonnait jadis dans un clocheton latéral, est aujourd’hui déposée.

Cloche 1, « Ave Maria », note ré3 +5/16, diamètre 149cm, coulée en 1447 par Pierre Quarta et Jean Perrodet de Genève.
Cloche 2, « Joyeuse », note fa3 +4/16, diamètre 125.5cm, coulée en 1447 par Pierre Quarta et Jean Perrodet de Genève.
Cloche 3, « Ste Marie, Ste Catherine et St Théodule », note sol3 -1/16, diamètre 108cm, refonte d’une cloche de 1512 par Grassmayr de Buchs (CH-SG) en 1911
Cloche 4, note la3 -1/16, diamètre 88.5cm, coulée en 1837 par Samuel Tréboux à Vevey
Cloche 5, « St Théodule », note ré#4 -3/16, diamètre 63.5cm, refonte d’une cloche de 1714 par Gustave Tréboux à Vevey en 1875
Cloche 6, note fa#4 -8/16, diamètre 54.2cm, coulée en 1789
Cloche 7, « St Marc et St Théodore », note fa#4 +0/16, diamètre 52.5cm, coulée en 1884 par Viktor Walpen de Reckingen (CH-VS)
[Cloche 8, diamètre 44.5cm, coulée en 1845 par Samuel Tréboux à Corsier-s-Vevey, déposée]

Pour écouter les cloches une par une en solo

DSC08590

La cloche 2 et son joug au couronnement baroque. Ci dessous, les cloches 1 et 3.

DSC08610 DSC08615 DSC08592

DSC08607

La cloche 6, et ci-dessous, les cloches 4, 5 et 7

DSC08617 DSC08599 DSC08621

 

DSC08631

La cloche 8, aujourd’hui déposée, se trouvait jadis dans le clocheton de la chapelle Ste Barbe

DSC08629 DSC08633

 

DSC08593 DSC08595 DSC08604 DSC08623 DSC08624 DSC08627

IMG_2234

Le tympan roman du clocher-porche. Ci-dessous, différentes vues intérieures et extérieures.

DSC08638 DSC08639 DSC08641 IMG_2233 IMG_2236 IMG_2241 IMG_2247

Un grand merci au chanoine Josef Zimmermann pour son aimable accueil et sa disponibilité. Remerciements à Matthias Walter, campanologue à Berne, pour l’organisation.

Sources:
« Le clocher roman de la cathédrale de Sion », de François-Olivier Dubuis, extrait des Annales Valaisannes, 1978.
Inventaire réalisé en 1993 et 2010 par Fabienne Hoffmann, campanologue à Lausanne

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Notre-Dame_de_Sion
http://www.paroisses-sion.ch/cathedrale/Cath_Index.html
http://www.cath-vs.ch/sous-sites/chapitre-sion/cathedrale.html
http://www.sion.ch/
http://siontourisme.ch/

Appareil photo : Sony Cybershot DSC – S750
Caméra : iPhone 4
Enregistreur : Zoom H4N (extérieur, au nord-est du clocher)
Analyse sonore: Audacity

Cloches – Abbaye de St Maurice (VS)

Abbaye de St Maurice.JPG

Si l’Abbaye de St Maurice est avant tout réputée pour son carillon, le plus grand de Suisse (49 cloches), son vénérable clocher, maintes fois reconstruit suite à des éboulements, abrite aussi un intéressant lot de 8 cloches à la volée.

Je vous ai emmené voir sa coulée, je vous ai offert d’assister à sa montée au clocher… c’est avec un immense plaisir et une grande fierté que je vous présente maintenant la première volée de Trinitas, le nouveau bourdon en sol#2 de l’Abbaye de St Maurice, coulé le 18 mars 2010 chez Paccard à Annecy.

Abbaye de St Maurice - Trinitas.JPG
Abbaye de St Maurice - Trinitas - inscription.JPG
**********
^^ Se mettent ici successivement en branle, les cloches 8 (do#4), 7 (si3), 6 (la3), 5 (sol#3), 4 (fa#3), 3 (mi3), toutes coulées en 1818 par Pierre Dreffet et Marc Tréboux à Vevey, et la cloche 2 (do#3), signée Ruetschi en 1947.
**********
vv la cloche 2 et une partie de l’imposant carillon de 49 cloches, oeuvre du fondeur néerlandais Eijsbouts
Abbaye de St Maurice - cloche à la volée et carillon.JPG
**********
vv Volée de midi sur la cloche 4 vv

Remerciements à Jean-Paul Schorderet de la maison MECATAL, et au Chanoine François Roten, organiste, maître de choeur et carillonneur de l’Abbaye de St Maurice.

Abbaye de St Maurice - Trinitas - joug.JPG

Cloches – Abbaye de St Maurice (VS) montée du bourdon

Cloches - Abbaye de St Maurice (VS) montée du bourdon .JPG

Jour de fête que ce jeudi 15 juillet 2010 pour l’Abbaye valaisanne de St Maurice : l’arrivée du nouveau bourdon, coulé chez Paccard, en remplacement de l’ancienne cloche fêlée. « Trinitas », 4’000 kilos environ, égrènera la note SOL#2 à partir de la mi-août, complétant ainsi le plus grand carillon de Suisse (49 cloches)

^^ On peut voir sur cette vidéo tout à tour la descente de l’ancien bourdon et la montée de la nouvelle cloche ^^

vv Petit résumé en images vv

Abbaye de St Maurice - départ de l'ancien bourdon.JPG

^^ on commence par enlever l’ancienne cloche fêlée…

… qui prend place dans le camion aux côtés de sa remplaçante, qui elle est sur le point de décoller vv

Abbaye de St Maurice - ancien et nouveau bourdon dans le camion.JPG
vv ça y est, elle vole ! vv
Abbaye de St Maurice - envol vers le clocher.JPG
Abbaye de St Maurice - entrée nouveau bourdon dans le clocher.JPG

Le moment le plus délicat : le passage du nouveau bourdon par la double fenêtre romane dont la colonne centrale a été ôtée pour l’occasion. L’opération se joue à quelques centimètres près !

Abbaye de St Maurice - réception nouveau bourdon dans le clocher.JPG
Abbaye de St Maurice - nouveau bourdon dans le clocher.JPG
^^ Ca y est! Trinitas a regagné son perchoir ! ^^
vv souvenir du 18 mars 2010 : la coulée du nouveau bourdon vv
Abbaye de St Maurice - le carillon.JPG

Trinitas n’est de loin pas le seul locataire de l’imposant clocher de l’Abbaye de St Maurice. Nous sommes ici en présence du plus grand carillon de Suisse : 49 cloches pour un poids total de 14 tonnes, dont la plupart furent coulées par Eijsbouts (Pays-Bas) en 2005. On notera aussi la présence de très belles cloches à la volée, dont les plus anciennes portent la marque de Dreffet et Tréboux (Vevey – 1818)

Abbaye de St Maurice - une des anciennes cloches à la volée.JPG
Abbaye de St Maurice - cloche Dreffet & Tréboux fondeur.JPG

Un grand merci à Jean-Paul Schorderet et toute l’équipe de la maison Mécatal, ainsi qu’au Chanoine François Roten, organiste, maître de choeur et carillonneur de l’Abbaye de St Maurice.

DSC02422.JPG