Cloches – Sirnach (CH-TG) église catholique St Remigius

IMG_5952

Si la fondation de Sirnach remonte à l’an 790, la première église, elle, fut consacrée en 1228. De dimensions modestes, elle céda la place à un sanctuaire néo-gothique, dont il ne reste aujourd’hui que le clocher. Cet édifice, qui accueillait à la fois catholiques et réformés, fut remplacé dans les années 1930 par 2 lieux de culte distincts. C’est ainsi que l’église catholique vit sa nef démolie et reconstruite plus vaste. Quant au clocher, il fut consolidé pour accueillir la sonnerie monumentale que nous connaissons aujourd’hui

Des documents d’archives nous apprennent qu’avant l’arrivée de la nouvelle sonnerie, le clocher de l’église catholique de Sirnach ne renfermait que 3 cloches: la première de 1815; la 2e, baroque, datée de 1785, richement ornée; et enfin – perte irréparable – une cloche gothique du 14e siècle. L’actuel bourdon, fêlé en 1988, resta muet durant de longues années avant d’être descendu du clocher en 2012 à la faveur d’une rénovation générale. Il reprit sa place le 18 août de la même année au terme d’une émouvante cérémonie. Equipées à l’origine en rétrolancé, les cloches se balancent aujourd’hui selon le mode rétrograde, une rareté pour la Suisse.

Cloche 1, note sol2, poids 6’071kg
Cloche 2, note sib2, poids 3’426kg
Cloche 3, note ré3, poids 1’771kg
Cloche 4, note fa3, poids 1’010kg
Cloche 5, note sol3, poids 740kg
Cloche 6, note sib3, poids 410kg

Les 6 cloches, coulées par Ruetschi d’Aarau, furent bénies et hissées au clocher le 13 juin 1937. D’un poids total de 13’428kg, elles forment la sonnerie la plus lourde du canton de Thurgovie, dépassant de loin la sonnerie de l’église réformée voisine (lab2 do3 mib3 fa3 lab3 do4) coulée un an plus tôt.

Analyse du bourdon (la3 435Hz, déviation en 1/16 de 1/2 ton)

Octave grave 95 sol1 -5
Note au coup sol2 -2
Prime 190 sol2 -5
Tierce 231 sib2 +1
Quinte 285 ré3 -5
Octave supérieure 385 sol3 -2
DSC07375

Le bourdon en sol2. Ci-dessous, de gauche à droite: gros plan intérieur sur la fêlure réparée, la cloche décorée au sol avant sa remontée, ses motifs

DSC07380 IMG_4104 IMG_4106 IMG_4107

DSC07386

La Vierge à l’Enfant, et diverses autres vues de la chambre des cloches

DSC07393 DSC07391 DSC07378 DSC07377 DSC07376 DSC07383 DSC07388

DSC07398

Le mur du clocher dut être renforcé d’un manteau intérieur de béton pour résister aux forces de poussées de la nouvelle sonnerie. Ci-dessous: mini-musée, avec un des anciens battants rétrolancés, de même qu’un ancien moteur avec son inverseur électromécanique séparé (système Muff)

DSC07396 DSC07395

IMG_4158

L’orgue de tribune, installé par la maison de Mathis de Näfels (CH-GL) en 2005. Ci-dessous, divers aspects du mobilier liturgique

IMG_4154 IMG_4155 IMG_4156

Je remercie chaleureusement:
Le conseil de paroisse St Remigius de Sirnach
La commission des cloches, sous la présidence du Dr Urs Seiler, ancien président de paroisse
Josef et Maria Hollenstein, sacristains
Stefan Mittl, campanologue à Zurich et responsable chargé de projet

Amitiés à mes camarades John Brechbühl et Dominique « Valdom68 », également de la partie en cette belle journée du 8 juin 2013

http://www.kath-tg.ch/
http://www.sirnach.ch/

Appareil photo : Sony Cybershot DSC – S750
Caméra : iPhone 4
Enregistreur audio : HBB Flashmic
Logiciel de montage sonore : Adobe Audition
Logiciel de montage vidéo : Windows Movie Maker

Cloches / Glocken – Fischingen (TG) prieuré et ancienne abbaye.

Extérieur.JPG

La fondation de l’abbaye de Fischingen remonte à 1138. En 1210, le monastère double comptait pas moins de 150 moines dans ses imposants bâtiments et 120 religieuses à proximité. Fermée un temps sous la Réforme en 1460, l’abbaye rouvrit ses portes quelques décennies plus tard. La nouvelle église fut construite au 17e et 18e siècles. dans le style baroque avec de nombreux éléments rococo. Aujourd’hui prieuré bénédictin, Fischingen appartient à la congrégation bénédictine de Suisse.

 

Nous sommes ici en présence d’une des plus intéressantes et des plus imposantes sonneries historiques de Suisse occidentale, avec – bien sûr – la cathédrale de St Gall. Les 8 cloches, richement ornées, ont toutes été coulées par les fondeurs les plus marquants de leur époque

Cloche 1 (bourdon), note la2, poids 4’000 kg, coulée en 1714 par Johann Baptist Ernst, de Lindau (D)
Cloche 2 (Wilerglocke), note do#3, poids 1’800 kg, coulée en 1724 par Peter Ernst, de Lindau (D)
Cloche 3 (Iddaglocke), note mi3, poids 1’100 kg, coulée en 1876 par les frères Grassmayr, de Feldkirch (A)
Cloche 4 (St Nepomuk-Glocke), note fa#3, poids 800 kg, coulée en 1817 par Joseph M. F. Rosenlächer, de Constance (D)
Cloche 5 (Herz Jesu-Glocke), note la3, poids 500 kg, coulée en 1876 par les frères Grassmayr, de Feldkirch (A)
Cloche 6 (Pestglocke), note si3, poids 350 kg, coulée en  1750 par Johann Leonhard III Rosenlächer, de Constance (D)
Cloche 7 (Liebfrauen- ou Allerheiligenglocke), note ré4, poids 200kg, coulée en 1780 par Johann Leonhard IV Rosenlächer, de Constance (D)
Cloche 8 (Umwetterglocke), note fa#4, poids 100kg, coulée en 1844 par Carl Leonhard Rosenlächer, de Constance (D)

Cloche 1.JPG

La cloche 1

cloche 1 détails 2.JPG

Cloche 1 détail 1.JPG

**********

cloche 2.JPG

Cloche 2

Cloche 2 détails.JPG

**********

Cloche 3.JPG

Cloche 3

cloche 3 détails.JPG

**********

Cloche 4.JPG

De haut en bas, les cloches 4, 5, 6, 7 et 8

Cloche 5.JPG

Cloche 6.JPG

cloche 7.JPG

DSC06128.JPG

**********

Cloches 1-2-3.JPG

Horloge.JPG

**********

Intérieur.JPG

grille.JPG

Lanterneau.JPG

Ste Idda.JPG

La légende de Ste Ida, patronne de l’abbaye
Elle avait épousé un seigneur suisse qui bientôt la soupçonna d’infidélité alors qu’il n’en était rien. Il la défenestra. Elle sortit indemne de cette chute de plus de vingt mètres. Miraculeusement sauvée d’une mort affreuse, elle se retira dans les forêts de la région, vivant inconnue en ermite soutenue par les simples villageois. Après dix-sept ans de cette vie retirée, le seigneur son époux la découvrit un jour qu’il chassait. Il lui demanda pardon de son accusation mensongère et voulut la ramener au château. Ce qu’elle refusa, s’étant consacrée à la vie religieuse. Elle entra alors au couvent et en devint l’abbesse, et c’est là que Dieu vint la chercher pour l’éternité.

Mes plus vifs remerciements au Père Gregor Brazerol pour son aimable autorisation. Remerciements également à Stefan Mittl, campanologue à Zurich, pour la mise sur pied de cette magnifique étape campanaire.

http://www.klosterfischingen.ch
http://www.fischingen.ch
http://nominis.cef.fr
http://www.drs.ch/www/de/drs/themen/religion/72657.glocke…

http://www.facebook.com/Quasimodosonneurdecloches

Cloches / Glocken – Sirnach (CH-TG) bénédiction et montée du bourdon

IMG_4143.JPG

Coulé en 1937 par Rueschi d’Aarau, fêlé dans les années 80, puis réparé par les bons soins d’Eijsbouts (Pays-Bas), le bourdon en sol2 de Sirnach a enfin regagné son perchoir au terme d’une cérémonie empreinte d’émotion

Des documents d’archive mentionnent qu’avant l’arrivée de la sonnerie monumentale, le clocher de l’église catholique de Sirnach ne renfermait que 3 cloches. Ont étés sacrifiées une cloche de 1815, une autre (baroque avec de très beaux motifs) datée de 1785, et enfin (perte irréparable) une cloche du 14e siècle

IMG_4103.JPG

IMG_4107.JPG

IMG_4138.JPG

IMG_4136.JPG

IMG_4157.JPG

Cloches / Glocken – Heiligkreuz (CH-TG) église St.Johannes-Nepomuk

DSC06162.JPG

Mentionnée au 9e siècle déjà, la charmante petite église de Heiligkreuz prit au fil des siècles l’aspect que nous lui connaissons aujourd’hui. Sa situation idyllique en pleine campagne thurgovienne la rend très populaire notamment chez les jeunes mariés.

Mis à part la plus petite cloche, historique, la sonnerie fut coulée en 1960 par Emil Eschmann de Rickenbach. Les notes égrennées sont do#3 ré#3 fa3 sol#3 la#3

cloche 1.JPG

de haut en bas, les cloches 1 à 5

cloche 2.JPG

cloche 3.JPG

cloche 4.JPG

cloche 5.JPG

**********

DSC06155.JPG

**********

orgue.JPG

^ ^ le bel orgue daté de 1818
v v le magnifique mobilier lithurgique de 1771

intérieur.JPG

Un grand merci M. Guido Beerli, sacristain, pour son aimable accueil. Remerciements également à mon camarade campanaire John Brechbühl pour l’organisation.