Cloches – Staufen (CH-AG) église réformée du Staufberg

Sonnerie historique de 4 cloches en mi bémol 3 pour un site idyllique

P1080142

UN LIEU MAGIQUE – D’une expédition campanaire, on ne ramène pas que des photos et des enregistrements. Chaque sortie comporte également son lot d’anecdotes et suscite un état d’esprit qu’il n’est pas toujours aisé de décrire. Je pourrais coucher ici une foule de souvenirs parfois comiques, à commencer par l’oubli d’un enregistreur dans le cimetière à la tombée de la nuit sous une pluie fine et froide, ou encore l’angle de volée un peu trop élevé d’une des cloches venue mordiller les mollets (heureusement bien rembourrés) de votre serviteur. Mais si je devais relater un souvenir fort du Staufberg, c’est avant tout celui d’un site magique comme on en rencontre peu, entre ciel et terre. Une bucolique colline à la vue plongeante sur la campagne environnante, des bâtiments aux murs inégaux blanchis à la chaux émergeant avec une douce torpeur des vertes frondaisons.

UN MILLENAIRE D’HISTOIRE – La première mention d’une grande paroisse, dont l’église du Staufberg était jadis le noyau, remonte à 1101. Une première église semble avoir été érigée en ces lieux autour de l’an 1000. Divers travaux d’agrandissement furent menés, jusqu’à ce que l’incendie de 1417 anéantisse ce sanctuaire roman. Les murs qui se relevèrent de ces cendres correspondent en grande partie à ceux qui nous sont parvenus. Les transformations postérieures consistèrent en effet à l’ajout d’un porche et à la transformation d’une chapelle à la Réforme. Le mobilier s’enrichit à l’époque baroque de la magnifique chaire en bois richement sculpté et des actuels fonts baptismaux. Le plafond peint original, remplacé à la Belle-Epoque par une couverture néogothique, retrouva son aspect initial en 1995. Les vitraux du XVe siècle sont restés imperturbables face à ces changements. Outre l’église, d’autres bâtiments de valeur s’élèvent sur la colline du Staufberg : la cure (1645), la maison du sacristain (1513), la grange (1760) et le lavoir (XVII-XVIII siècles) d’où l’eau était pompée à bras jusqu’en 1912 !

UN EXIL CAMPANAIRE DE 511 ANS – Toutes les sonneries historiques de Suisse alémanique n’ont pas bonheur pas toutes été anéanties à l’ère industrielle. Le clocher de l’église du Staufberg renferme un véritable trésor campanaire : trois cloches de facture gothique et une baroque. Les deux plus grandes (cl 1 et 2), réalisées vraisemblablement par le même fondeur, furent coulées suite à l’incendie de 1417. En 1491, la cloche 2 fut descendue à Lenzbourg en remplacement de la sonnerie anéantie – elle aussi – par un incendie. Elle ne revint de son exil qu’en 2002. La cloche 3, non datée, semble remonter à l’an 1500 environ. Seule habitante du clocher à arborer le nom de son fondeur, la cloche 4 est aussi la benjamine, elle qui fut coulée en 1786 par Friedrich Jakob Bär d’Aarau.

– Cloche 1, note mi bémol 3 +25/100, diamètre 135cm, poids 1450 kg, coulée en 1420
– Cloche 2, note sol 3 +67/100, diamètre 103cm, poids 950kg, coulée en 1420
– Cloche 3, note si bémol 3 +39/100, diamètre 95 cm, poids 500kg, coulée vers 1500
– Cloche 4, note do bémol 4 -28/100, diamètre 75cm, poids 300kg, coulée en 1786 par Friedrich Jakob Bär d’Aarau

Remerciements à Madame Ruth Furer-Senn, présidente du Conseil de Paroisse, pour son aimable autorisation. Un tout grand merci à M. Patrick Wüst, sacristain dévoué, pour son chaleureux accueil et sa disponibilité (et pour avoir remis la main sur l’enregistreur oublié). Remerciements à John Brechbühl, membre de la GCCS, pour la mise sur pied de cette exceptionnelle étape campanaire. Amitiés enfin à Stefan Mittl, expert-campanologue à Zurich, co-organisateur de cet agréable week-end, (et qui participé activement à la recherche de l’enregistreur en pleine nuit).

Sources :
http://www.ref-kirchen-ag.ch/

A consulter :
http://www.staufen.ch
https://www.lenzburg.ch/

Cloches – Spreitenbach (CH-AG) église Sts Come et Damien

Motif « Westminster » en do3 à l’histoire tourmentée dans le clocher de cette magnifique église néogothique

P1070011

Je me souviens encore de la canicule de l’été 2015, où la moindre parcelle d’ombre projetée par le plus petit arbrisseau répandait les bienfaits d’une oasis de fraîcheur en plein désert. Je vous laisse imaginer le sentiment de plénitude qui nous a envahi, mes amis zurichois et moi-même, en musardant dans le parc arborisé entourant l’église St Come et Damien de Spreitenbach. Quelle fraîcheur également sous la voûte de ce magnifique édifice néogothique consacré en 1904 ! Et merci à l’ardent soleil déjà quelque peu rasant de cette fin d’après-midi de samedi 18 juillet de mettre si bien en valeur le splendide mobilier liturgique, les délicates fresques et les vitraux finement colorés. La sérénité dégagée par ce lieu saint nous ferait presque oublier d’autres temps plus tourmentés que connut ce coin de pays: la Réforme puis contre-Réforme au XVIe siècle, la cohabitation forcée de deux confessions religieuses au sein d’un seul et même édifice, l’appartenance successive à la paroisse de Dietikon, puis au tout-puissant couvent de Wettingen. Ce n’est qu’en 1861 que la paroisse catholique de Spreitenbach réussit – au terme de longues tractations – à acquérir son indépendance. Face à l’essor démographique de cette seconde moitié de XIXe siècle, on pensa tout d’abord à agrandir l’ancienne église. La première pierre de l’imposant sanctuaire que nous connaissons aujourd’hui fut posée en 1903. La rénovation réussie de 1984 redonna à ce dernier toute sa fraîcheur d’antan.

Les motifs Westminster ne sont pas monnaie courante en Suisse, vous l’avez sans doute remarqué en visitant les pages de ce modeste site. C’est donc à chaque fois un régal pour l’adepte que je suis de rencontrer cette suite de notes lorsque je parcours mon cher pays. Si les cloches coulées en 1904 par Ruetschi pour l’église de Spreitenbach ne sont – de loin – pas les plus réussies de la fonderie argovienne, la sonnerie présente l’intérêt d’avoir été élaborée en plusieurs étapes: installation des 4 plus petites cloches en 1904, refonte en 1927 – suite à une fêlure – de l’actuelle cloche no2 (on peut louer ici la bonne volonté de la fonderie qui accepta de procéder gratuitement à l’échange alors que la garantie était échue), et ajout simultané de la grande cloche. Il fut question à l’époque de racheter à vil prix l’ancienne grande cloche – elle aussi en do3 – de l’église Notre-Dame de l’Assomption de Baden, qui venait de faire l’acquisition de sa nouvelle sonnerie en lab2. Cette cloche, réalisée par le saintier allemand Niklaus Oberacker en 1517, d’un poids de 3’954kg, aurait ainsi pu être sauvée de la destruction. La paroisse de Baden ne voulut hélas pas faire ce « cadeau » à sa voisine. C’est ainsi que cette intéressante cloche historique prit le chemin du creuset (merci à Matthias Walter et à John Brechbühl pour les détails de cette triste affaire). Cette anecdote qui nous rappelle qu’en des temps pas si lointains, la notion de patrimoine campanaire était trop souvent sacrifiée sur l’autel de l’ignorance et de l’arrogance.

-Cloche 1, « Herz-Jesu-Glocke » (cloche du Sacré-Coeur), note do3, poids 2450 kg, coulée en 1927
-Cloche 2, « Dreifaltigkeitsglocke » (cloche de la Ste Trinité), note fa3, poids 1000kg, coulée en 1904, fêlée et refaite en 1927
-Cloche 3, « Ave Glocke », note sol3, poids 800kg, coulée en 1904
-Cloche 4, « St Josefsglocke », note la3, poids 450kg, coulée en 1904
-Cloche 5, « St Cosmas und St Damianus », note do4, poids 300kg, coulée en 1904

Remerciements sincères à M. Angelo Huber, sacristain auxiliaire et membre du conseil de paroisse, pour son chaleureux accueil et ses passionnantes explications. Un tout grand merci aussi à John Brechbühl, membre de la GCCS, pour la mise sur pied de cette belle étape campanaire. Amitiés par là même à Stefan Mittl, expert campanologue à Zurich, co-organisateur de cet intéressant week-end tout de découvertes et de savoureux échanges.

Sources :
http://www.kathspreitenbach.ch/
Présentation des cloches fournie par la paroisse
Archives de la fonderie Ruetschi

A consulter :
http://www.spreitenbach.ch/
http://www.guk.ch/f/fonderie.html
http://www.campanae.ch/fr/accueil

Cloches – Suhr (CH-AG) église réformée

Beau clocher argovien à bâtière et sa sonnerie de 5 cloches, dont une gothique

Suhr église

© Roland Zumbühl

Magnifique situation que celle de l’église réformée de Suhr ! Visible de loin à la ronde sur sa colline, ce bel édifice de style gothique tardif se dresse sur les restes de sanctuaires plus anciens (époque romaine, carolingienne et romane). L’église actuelle, consacrée en 1495, a également subi de nombreuses transformations au fil des siècles, notamment à la Réforme et suite à l’incendie de 1844. La campagne de restauration menée à la fin des années 1950 contribua à lui redonner son authenticité. De cette époque datent également les vitraux du chœur signés Felix Hoffmann. L’orgue Hauser, financé par une donation, prit place sur la tribune en 2003.

Nous sommes ici en présence d’un clocher dit « à bâtière », autrement dit terminé par une simple coiffe à deux pans. Si ce style est très répandu en Basse-Normandie, on le retrouve également en Alsace ainsi que dans certaines régions de Suisse (Argovie, Jura, Soleure). Si l’heure est donnée aujourd’hui par un système électro-mécanique, subsiste encore l’ancien mouvement à cage, daté de 1542. Réalisée par le maître-horloger Hans Luter de Waldshut, cette vénérable horloge ne fut désaffectée qu’en 1930. La sonnerie se compose de 5 cloches en do3 sur un motif relativement répandu en Suisse alémanique : le Salve Regina élargi à l’octave supérieure. L’ensemble sort toutefois du lot par son hétérogénéité: sur les 4 cloches Ruetschi, 3 sont de 1913, alors que la benjamine fut ajoutée en 1995 pour le jubilé du 500e anniversaire de l’église. Mais la pièce maîtresse est évidemment la cloche no2, coulée en 1513. De facture très soignée, cette belle pièce de bronze antérieure à la Réforme arbore les effigies de la Vierge à l’enfant, St Maurice, Ste Barbe et Ste Catherine.

-Cloche 1, note do3 -8/100, poids 2488kg, coulée en 1913 par Ruetschi d’Aarau
-Cloche 2, « Betzeitglocke », note mi3 +14/100, poids 1670 kg, gothique, datée de 1513
-Cloche 3, note sol3 +33/100, poids 758 kg, coulée en 1913 par Ruetschi d’Aarau
-Cloche 4, « Jubiläumsglocke », note la3 -6/100, poids 520kg,  coulée en 1995 par Ruetschi d’Aarau
-Cloche 5, note do4 -6/100, poids 298kg, coulée en 1913 par Ruetschi d’Aarau

Analyse sonore (la3 = 435Hz, déviation en 1/100 de 1/2 ton)

Octave inf Prime Tierce min Quinte Octave sup
Cl1 do3
-45.11 -31.42 2.30 -24.93 -7.73
Cl2 mi3
-64.30 -20.75 19.81 -73.41 13.85
Cl3 sol3
-6.90 -20.41 30.29 -41.20 33.00
Cl4 la3
-11.98 -40.26 5.66 3.28 -5.98
Cl5 do4
-79.81 -55.45 -0.51 -106.12 -6.05

La vénérable cloche 2

Les autres cloches

L’ancien mouvement d’horloge à cage, daté de 1542

L’enregistrement audio-vidéo de la sonnerie a été effectué le samedi 3 octobre 18h à l’occasion de la volée annonciatrice de la fin de la semaine. Nous ont chaleureusement accueillis, mes camarades et moi : M. Peter Bürki, vice-président du Conseil Paroisse, et M. Hans Lüscher, sacristain adjoint. Remerciés soient par la même occasion : John Brechbühl, membre de la GCCS, pour l’organisation; Dominique « Valdom68 », responsable technique des clochers de Va-de-Travers, pour sa collaboration aux plans vidéo; Stefan Mittl, expert-campanologue à Zurich, pour la prise de son. Evidemment que chacune de nos sorties campanaires est également le théâtre de savoureux échanges et d’excellents moments d’amitiés… soyez-en tous remerciés là aussi.

Sources
http://www.ref-kirchen-ag.ch
http://www.suhu.ch/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Clocher_en_b%C3%A2ti%C3%A8re
Archives de la fonderie Ruetschi

A consulter
http://www.suhr.ch/
https://www.ag.ch/
http://www.guk.ch/f/

Cloches / Glocken – Gränichen (AG) église réformée

548650_428462733857539_1088134377_n.jpg

L’histoire de l’église réformée de Gränichen regorge d’anecdotes toutes plus insolites les unes que les autres. A commencer par le clocher, édifié en 1473, qu’on tenta de surélever en 1661, et qui s’écroula seulement 10 jours après la fin des travaux, détruisant la nef dans sa chute. Il fut alors décidé de rebâtir l’ensemble dans le style gothique tardif, avec toutefois un couronnement baroque pour le clocher. Notons également les fresques murales, masquées en 1818, et qui se rappelèrent au bon souvenir des restaurateurs en 1978, après qu’un peu de crépi soit tombé du mur. Il fut alors décidé de remettre ces magnifiques peintures au jour. Pour finir, les 3 nouvelles cloches, coulées par Ruetschi d’aarau en 1939, qui sonnèrent d’abord pour l’exposition nationale de Zurich, avant de prendre leur place définitive ici-même.

Sur les 6 cloches que renferme l’élégant clocher, 3 sont historiques. A noter la présence d’une 7ème cloche dans le lanterneau, dite « Cloche du Feu » ou « Cloche du Soir », et d’une très belle horloge mécanique de type « cage », remarquablement conservée.

Cloche 1, note do#3, coulée en 1939 par Ruetschi d’Aarau
Cloche 2, note mi3, coulée en 1733 par Johann Jakob Wassmer d’Aarau
Cloche 3, note fa#3, coulée en 1939 par Ruetschi d’Aarau
Cloche 4, note sol#3, coulée en 1772 par Johann Heinrich Bär d’Aarau
Cloche 5, note la3, coulée en 1639
Cloche 6, note do#4, coulée en 1939 par Ruetschi d’Aarau

384288_428462540524225_881063247_n.jpg

De haut en bas, les cloches 1 à 6

390443_428462570524222_1858799188_n.jpg

527164_428462600524219_555374695_n.jpg

307787_428462623857550_1626552003_n.jpg

262272_428462647190881_730584458_n.jpg

Gränichen cloche 6.JPG

**********

Gränichen horloge.JPG

^ ^ L’actuelle horloge mécanique (Baer, Sumiswald), modifiée pour l’avance des heures par moteur électrique

v v L’ancienne horloge « à cage », remarquablement bien conservée avec ses poids de pierre et son balancier

406515_428462433857569_33710576_n.jpg

305064_428462393857573_1939497376_n.jpg

**********

527446_428785240491955_1740138871_n.jpg

Gränichen chaire.JPG

284204_428462457190900_1248994465_n.jpg

390564_428470380523441_1999035392_n.jpg

Le bel orgue néo-baroque, composé en partie d’un buffet baroque de 1781, et d’un instrument neuf, réalisé en 1963 par la Manufacture d’Orgues de Genève

304401_428462780524201_231312526_n.jpg

Un tout grand merci à Mme. Dorothea Schneiter, présidente de paroiss, pour son chaleureux accueil.

Ainsi s’achève le compte rendu de notre tournée entre Lucerne et Argovie du week-end des 8 et 9 septembre. Un immense merci à John Brechbühl pour cette belle organisation

Sources : Schweizerische Kunstführer, Reformierte Kirche Gränichen, par Hans Maurer

Liens
http://www.graenichen.ch/
http://www.ref-graenichen.ch/

Cloches/Glocken – Buchs (AG) église catholique / katholische Kirche St Johannes

Buchs église catholique .JPG

Bâtie sur les plans de l’architecte zougois Hans Brütsch, l’église catholique de Buchs fut consacrée en 1967. Repérable de loin, le haut clocher de béton renferme une sonnerie de 5 cloches coulées par la fonderie toute proche, Ruetschi d’Aarau. D’un poids total de 5’577kg, elles donnent les notes réb3 mib3 fa3 lab3 sib3.

Buchs église catholique clocher.JPG

Quelques vues de cette belle église et de son élégant clocher

Buchs église catholique intérieur.JPG

Le mariage du béton et du bois confèrent au sanctuaire une atmosphère chaleureuse

Buchs église catholique horloge et clocher.JPG

Aujourd’hui désaffectée, l’horloge tintait jadis les heures au moyen de la petite cloche logée derrière le cadran de béton

Buchs église catholique mécanisme horloge.JPG

Merci à mon camarade campanaire John Brechbühl pour cette intéressante découverte

http://www.kath-aarau.ch/~buchs/

http://www.buchs-aargau.ch/

Cloches / Glocken – Ammerswil (AG) église réformée

Ammerswil église.JPG

La première mention de l’église d’Ammerswil remonteà 1275. Subsiste de l’époque romane une très belle fresque représentant le dernier repas du Christ. Remanié à de multiples reprises au fil des ans, le sanctuaire se vit flanqué d’un clocher à la toute fin du 15e siècle et pourvu pour l’occasion de 4 cloches gothiques, dont 3 sont encore aujourd’hui en service.

Valeur inestimable que celle de cette sonnerie historique. Si la cloche 4, fêlée, a été remplacée il y a plus de 60 ans, son ancêtre a été conservée pour être exposée. Un groupe de paroissiens bien inspirés a en effet eu la bonne idée de la racheter pour la sauver de la refonte

Cloche 1, coulée en 1498, note sol#3
Cloche 2, coulée fin 15e siècle, note si3
Cloche 3, coulée fin 15e siècle, note ré4
Cloche 4, coulée en 1948 par Ruetschi d’Aarau, note mi4

Ammerswil église cloche 1.JPG

La cloche 1, d’un diamètre de 105cm, fut coulée en 1498. Remarquez les impressionnants bas-reliefs (St Pierre, la Vierge à l’Enfant), ainsi que son joug façonné en 1697.

Ammerswil église cloche 1 st pierre.JPG
Ammerswil église cloche 1 vierge à l'enfant.JPG
Ammerswil église cloche 1 joug.jpg

**********

Ammerswil église cloche 2.JPG

^ ^ La cloche 2, diamètre 82cm, datée de la fin du 15e siècle

v v La cloche 3, diamètre 69cm, datée elle aussi de la fin du 15e siècle

Ammerswil église cloche 3.JPG

**********

Ammerswil église cloche 4.JPG

^ ^ La cloche 4, coulée par Ruetschi d’Aarau, remplaça en 1948 son antique consoeur, fêlée

v v Par bonheur conservée, l’ancienne cloche 4 (1499, diamètre 50cm) coule une retraite paisible dans le cimetière.

Ammerswil église ancienne cloche.JPG

**********

Ammerswil église horloge.jpg

^ ^ Le mouvement d’horloge (1948), modifié pour l’avance électrique des heures

vv Diverses vues de cette belle église :

Ammerswil église intérieur.JPG
Ammerswil église chaire.JPG
Ammerswil église fonts batismaux.jpg
Remarquez les superbes fonts batismaux, sculptés en 1770, et la magnifique fresque romane représentant la Cène
Ammerswil église ancienne fresque.JPG

**********

IMG_3085.JPG

Remerciements à Mme Brigitte Oergerli, pasteure, et à Mme Erika Berchtold, sacristine. Je remercie également mon vaillant camarade de virées campanaires John Brechbühl pour l’organisation de cette belle sortie.

http://www.ammerswil.ch/index.asp?R_ID=1

http://www.kirchgemeinde-ammerswil.ch/

Cloches / Glocken – Seon (AG) église réformée

Seon église réformée clocher de nuit.JPG

Rarement église n’aura subi autant de transformations au fil des siècles ! Une première chapelle, mentionnée en 1408, et dont il reste aujourd’hui une ancienne fenêtre, céda sa place en 1708 à une vraie église. Nouvelle transformation en 1821, et remplacement du clocher en 1856. La coiffe de ce dernier, d’abord en forme de bulbe, prit la forme que nous lui connaissons aujourd’hui en 1899.

La sonnerie subit elle aussi des transformations. Les cloches, d’abord au nombre de 4, furent corrigées pour l’arrivée d’une nouvelle consoeur dans les années 1960. Nous sommes donc aujourd’hui en présence d’une sonnerie Ruetschi de 5 cloches, d’un poids total de 4’162kg. En 2010, la maison Muff procéda au changement des battants et de la motorisation. Les jougs et les ferrures furent également rénovés pour cette occasion.

Cloche 1, note ré3, 1856
Cloche 2, note fa#3, 1856
Cloche 3, note la3, 1856
Cloche 4, note si3, 1969
Cloche 5, note ré4, 1856

Seon église réformée cloche 1.JPG

La grande cloche en ré3 et ses beaux motifs néo-gothiques

Seon église réformée cloche 1 détails.JPG
Seon église réformée cloche 1 1856.JPG

**********

Seon église réformée cloche 2.JPG

^ ^ La cloche 2 en fa#3

v v La cloche 3 en la3

Seon église réformée cloche 3.JPG

**********

Seon église réformée cloches 5 et 4.JPG

^ ^ Les cloches 5 (à gauche) et 4

v v Le mouvement d’horloge Mäder

Seon église réformée horloge.JPG

**********

Seon église réformée intérieur.JPG

^^ La chaire, avec à sa droite, la fenêtre de l’ancienne chapelle de 1408, dont l’orientation était perpendiculaire par rapport à l’église d’aujourd’hui.

v v L’orgue, construit en 1974

Seon église réformée orgue.JPG

**********

Seon église réformée vue avant 1899.jpg

^ ^ Vue de l’église avant 1899. Remarquez l’élégante coiffe du clocher

vv Pierre tombale, se trouvant autrefois dans le cimetière, et aujourd’hui exposée au rez-de-chaussée du clocher-porche

Seon église réformée pierre tombale.JPG

Mes plus vifs remerciements à M. Max Frischknecht, sacristain, pour son chaleureux accueil. Amitiés également à John Brechbühl, organisateur de cette belle journée campanaire.

http://www.ref-kirche-seon.ch/index.asp?W_ID=1&parent=0

http://www.seon.ch/de/index.php

Cloches/Glocken – Würenlos (AG) / Eglise de l’Assomption / Maria Himmelfahrt

Würenlos église de l'Assomption.JPG

Au risque de surprendre les voyageurs qui traversent le pays sans daigner s’arrêter, Würenlos n’est pas qu’un restoroute enjambant l’autoroute A1 entre Olten et Zurich ! C’est également une charmante petite localité argovienne de 5’000 âmes, sur lesquelles veille depuis des siècles l’antique clocher de l’ancienne église. Alors que l’actuel sanctuaire, bâti dans les années 1940, accueille aujourd’hui les fidèles, son vénérable voisin, de style gothique, toujours flanqué de sa tour à la coiffe si particulière, a miraculeusement échappé à la démolition pour  devenir une salle spectacles.

 

Les documents d’archive font mention d’une ancienne sonnerie composée de 4 cloches. La plus vieille, vraisemblablement gothique,  arborait des inscriptions latines. Les 3 autres portaient les dates de 1493, 1698 et 1817. Suite à la fêlure de cette dernière, il fut décidé en 1879 de passer commande d’une nouvelle sonnerie. Les 4 cloches, coulées par Ruetschi d’Aarau, donnaient les notes mib3 -sol3 – sib3 – mib4. 90 plus tard, de généreux donateurs offirent, pour les 1’100 ans de la paroisse, 2 nouvelles cloches. La petite cloche en mib4 prit alors le chemin d’une mission en Tanzanie, tandis que ses contemporaines de 1879 eurent droit à une cure de jouvence : sablées, elles virent leurs harmoniques corrigées.

Composition de la sonnerie actuelle:
Cloche 1 (1969) dite de la Trinité, do3, 2’660 kg
Cloche 2 (1879), dite du Christ-Roi, mib3, 1’500 kg
Cloche 3 (1969), dite de l’Ange Gardien, fa3, 1’040 kg
Cloche 4 (1879), dite de la Vierge, sol3, 780 kg
Cloche 5 (1879), dite de St Antoine, sib3, 450 kg

Würenlos église de l'Assomption cloche 5.JPG

^ ^ la Cloche 5, coulée en 1879. Remarquez le joug ceintré et l’attache décentrée pour un gain de place optimal

v v La cloche 3, dite de l’Ange Gardien

Würenlos église de l'Assomption cloche 3.JPG

**********

Würenlos église de l'Assomption cloche 1 motif.JPG

^ ^ Motif de la cloche 1, dite de la Trinité

v v L’ancienne horloge à cage du 16e siècle, désaffectée en 1948

Würenlos église de l'Assomption ancienne horloge.JPG

**********

Würenlos église de l'Assomption ancienne église.jpg

^ ^ L’intérieur de l’ancienne église avant sa reconversion en salle de spectacle

PHOTOS D’ARCHIVES

v v La bénédiction des cloches en 1970

Würenlos église de l'Assomption arrivée des cloches.jpg
Würenlos église de l'Assomption exposition des cloches.jpg
Un grand merci à M. Alfred Koller, président de paroisse, Mme Elisabeth Brändle, sacristine, et M. Franz Dahinden. Remerciements chaleureux également à John Brechbühl pour les contacts.
Würenlos église de l'Assomption clocher.JPG

Cloches/Glocken – Baden (AG) Notre-Dame de l’Assomption / Maria Himmelfahrt

Baden Maria Himmelfahrt.JPG

Située sur les rives de la Limmat,  Baden est aujourd’hui principalement visitée pour sa source thermale. Le riche passé industriel de la cité argovienne n’ayant en rien altéré son noyau historique, la ville voit également de nombreux touristes déambuler dans ses ruelles médiévales. Figure emblématique, bâtie entre 1457 et 1460, l’église paroissiale Notre-Dame de l’Assomption se dresse sur les fondations d’un édifice  roman du 12e siècle, lui-même précédé par un sanctuaire carolingien du 9e siècle.

Le fier clocher à la toiture garnie de chevrons recelait jusqu’en 1926 une sonnerie historique, oeuvre de fondeurs aussi prestigieux que Niklaus Oberacher, Johann Reber, Füssli ou encore Ludwig Peyer. De ces cloches ancestrales, coulées entre le 15e et le 19e siècle, ne demeure aujourd’hui plus qu’un moulage apposé sur la cloche 2. La sonnerie actuelle, livrée par Ruetschi d’Aarau en 1927, se compose comme suit :

Cloche 1 (bourdon) dite cloche de St Damien, poids 5’235 kg, note lab2
Cloche 2, Ste Marie, 3’562 kg, sib2
Cloche 3, St Joseph, 2’115 kg, réb3
Cloche 4, Ste Catherine, 1’104 kg, fa3
Cloche 5, St Aloys, 631 kg, lab3
Cloche 6, Ste Cordélia, 448 kg, sib3

Baden Maria Himmelfahrt cloche 2 bas relief.JPG

^ ^ Bas-relief de la Vierge et l’Enfant Jésus sur la cloche 2, effectué d’après un moulage d’une des anciennes cloches

On peut évidemment jeter la pierre à Ruetschi d’avoir anéanti dans ses fourneaux de nombreuses sonneries historiques, pour la sauvegarde desquelles les actuels défenseurs du patrimoine se seraient volontieurs damnés. Il est toutefois bon de rappeler que – autre moeurs, autre époque – la prise de conscience de la valeur de notre valeureux passé est une notion vieille d’à peine quelques décennies, et que le remplacement de vieilles cloches s’effectuait toujours avec la bénédiction des paroisses, soucieuses de posséder la plus grande sonnerie de la région.

Baden Maria Himmelfahrt cloche 1 St Damien.JPG

^ ^ Motif du bourdon, dit cloche de St Damien
v v Cartouche Ruetschi sur la cloche 2

Baden Maria Himmelfahrt cloche 2.JPG

**********

DSC04522.JPG

^ ^ la partie supérieure du beffroi
v v l’intérieur de cette belle église gothique, partiellement transformée à l’époque baroque, fin du 17e siècle

Baden Maria Himmelfahrt intérieur.JPG

Mes plus vifs remerciements à M. le Curé Josef Stübi pour son aimable autorisation, ainsi qu’à Mme Romi Bürgin, sacristine, pour son chaleureux accueil et la riche documentation. Amitiés à mes camarades campanaires qui m’ont accompagné en ces lieux, spécialement John Brechbühl, organisateur de cette belle sortie.

DSC04508.JPG

http://www.baden.ch/

http://www.pfarreibaden.ch/

Cloches/Glocken – Baden (AG) église réformée / reformierte Stadtkirche

Baden église réformée.JPG

Enclave catholique au coeur d’un canton réformé, la ville argovienne de Baden fut contrainte, suite à la seconde bataille de Villmergen, de mettre un lieu de culte à disposition de ses citoyens protestants. La chapelle St Vérène, déjà existante, étant jugée trop petite, il fut  décidé de bâtir un nouveau temple. Parmi les 2 projets en concurrence, celui de l’architecte bernois Abraham Dünz et de son homologue zurichois Matthias Vogel, c’est le second qui remporta la mise. Ainsi, le 1er juillet 1714, c’est une élégante église aux sobres contours baroques qui accueillit pour la première fois ses fidèles.

Comme on peut le lire sur la grande cloche, la sonnerie de l’église réformée de Baden fut coulée en 1901 par Ruetschi d’Aarau, en remplacement de 3 cloches Fuessli datées de 1714. Dotées de jougs en fonte et arborant de beaux motifs néo-gothiques, les 5 nouvelles cloches égrènent les notes do3 – mib3 – fa3 – lab3 – do4

Baden église réformée cloche 1 histoire.JPG

La grande cloche en do3, arborant les armoiries de la ville et du canton, et qui nous relate l’histoire de la sonnerie

Baden église réformée cloche 1 do3.JPG

**********

Baden église réformée cloche 2.JPG

^ ^ La cloche 2

v v le tableau de commande sous la chambre des cloches

Baden église réformée commandes.jpg

**********

Baden église réformée orgue.JPG

L’orgue et les chapiteaux de cette église réformée rénovée avec goût entre 2003 et 2007

Baden église réformée chapiteau.jpg

Remerciements à M. le Pasteur Markus Graber et à M. le Sacristain Séverin Schmid

v v l’église en 1840

Baden église réformée 1840.JPG