Cloches – Lyon (F-69) église St Pothin

P1020804

L’église St Pothin fut édifiée de 1841 à 1843 par l’architecte lyonnais Christophe Crépet. Le dépassement des crédits de cet ambitieux projet entraîna une modification des plans et engendra par là même  l’emploi de matériaux de moindre qualité, tant et si bien que des campagnes de restauration durent y être menées dès 1874 déjà. Nous sommes toutefois en présence d’un imposant édifice de style néoclassique au portique hexastyle d’ordre dorique des plus remarquables. A l’intérieur, on peut admirer le chemin de croix monumental représentant la Cène, les vitraux avec les fondateurs de l’Église de Lyon et de celle de France, ainsi que la fresque de la coupole figurant la Vierge et les douze apôtres, agrémentée d’une verrière représentant la colombe du Saint-Esprit. Les orgues Merklin dont la paroisse Saint-Pothin s’était dotées en 1876, ont été relevées par la manufacture Kern de Strasbourg en 2003.

Voici une sonnerie homogène de 4 cloches, sur un motif « Regina Caeli » en do3, d’un poids total de plus de 6 tonnes, réalisée en 1850 par Burdin fils aîné de Lyon. Longtemps muette, la grande cloche a récemment repris du service, munie de nouveaux équipements Bodet. Né dans une famille de fondeurs en 1823, Jean-Claude Burdin a dirigé la fonderie lyonnaise de 1849 à 1880, faisant de l’entreprise familiale une des fonderies les plus florissantes de France. On lui doit en effet plus de 2’000 cloches en 21 ans seulement. Basée 22 rue de Condé, la maison Burdin cessera ses activités après la Première Guerre. Sa dernière œuvre marquante est le carillon de l’Hôtel-de-Ville de Lyon, commencé par Léonard Dupont en 1675, et complété dans les années 1990 par Paccard d’Annecy.

– Cloche 1, note do3 -6, diamètre 153cm
– Cloche 2, note ré3 -8, diamètre 136cm
– Cloche 3, note mi3 -3, diamètre 121cm
– Cloche 4, note fa3 -3, diamètre 114cm

La3 = 435Hz, déviation 1/16 de 1/2 ton

Octave inf. Prime Tierce min. Quinte Octave sup.
Cloche 1 do2 +6 do3 +4 mib3 -3 sol3 +15 do4 -6
Cloche 2 ré2 +/-0 ré3 +5 fa3 -5 la 3 +10 la4 -8
Cloche 3 mi2 +5 mi3 +7 sol3 -1 si3 +19 mi4 -3
Cloche 4 fa2 +7 fa3 +6 lab3 +/-0 do4 -2 fa4 -3
P1020736

La grande cloche

P1020732 P1020780 P1020739 P1020742 P1020745 P1020758

P1020769

Détails des autres cloches

P1020778 P1020774 P1020772 P1020771 P1020768 P1020762 P1020760 P1020758 P1020756 P1020755 P1020749 P1020784

P1020790

Dans le clocher

P1020791 P1020789 P1020788 P1020787

St Pothin vitrail

L’église

St Pothin nef  St Pothin fresque Vierge P1020808 P1020807 P1020805 P1020795 P1020797 P1020801

Remerciements :
– Père Patrice Guerre, curé de St Pothin, pour son aimable accueil et sa disponibilité.
– Antoine « Les Cloches Savoyardes », carillonneur à Taninges (F-74), pour avoir attiré mon attention sur cette intéressante sonnerie lyonnaise.

Sources et liens:
http://saintpothin.fr/
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Saint-Pothin_de_Lyon
http://www.clocherobecourt.webou.net/Robecourt/Images/Marques/BURDIN.pdf
http://www.lyon-france.com/Que-faire/Culture-loisirs/Sites-monuments-historiques/Patrimoine-religieux/Carillon-de-l-Hotel-de-Ville
Enquêtes campanaires. Notes, études et documents sur les cloches et les fondeurs de cloches du VIIIe au XXe siècle, par Joseph Berthelé, éditions Valat, 1903.

Cloches – Lyon (France-69) Primatiale St Jean

Lyon Primatiale jour.JPG

Edifiée de 1180 à 1480, la Primatiale St Jean de Lyon combine habilement les styles roman (choeur, abside, transept) et gothique flamboyant (façade).Réputée avant tout pour son horloge astronomique du 14e siècle, ses tableaux, ses statues et ses vitraux, ce beau sanctuaire possède également une imposante sonnerie historique de 9 cloches

Sur les 4 tours, seules 2 renferment des cloches. Les 3 timbres horaires (cloches civiles) se trouvent en façade (tour nord-ouest avec son cadran), alors que les 6 cloches à la volée occupent l’imposante tour nord-est. Le sublime bourdon (La Grosse Cloche pour les Lyonnais), coulé en 1622 par Pierre Recordon, est considéré à juste titre comme une des plus belles cloches de France. Le profil lourd (7’700kg pour un la bémol 2) explique en partie le son à la fois puissant et velouté de cette magnifique cloche.

Je vous invite à retrouver ci-dessus, en prise de son extérieure, La Grosse Cloche en solo, puis (dès 2mn40) le plénum pascal, amputé hélas des cloches 3 et 5 à la motorisation défectueuse. Savourez ci-dessous le sublime bourdon dans l’intimité de la chambre des cloches.

Composition de la sonnerie à la volée:
Cloche 1, dite La Grosse Cloche ou Anne-Marie, note la bémol 2, coulé par Pierre Recordon en 1622, diamètre 2m19, poids 7’700kg.
Cloche 2, dite La Deuxième ou Gabrielle, sib2, coulé par Frèrejean Cadet en 1805, 1m62, 2’379kg
Cloche 3, dite Le Tiers Sainct ou Blandine, do3, attribuée à Chevalier, 1m38, 1’533kg, actuellement hors service
Cloche 4, dite Séral ou Quart Sainct, fa3, coulée par Léonard Dupont en 1671, 1m08, 697kg
Cloche 5, dite La Cinquième ou Pothin, sol3, coulée par Chevalier en 1820, 96cm, 535kg, actuellement hors service,
Cloche 6, dite Le Schiule ou Rappiau (Rappel), lab3, fondeur inconnu, 83cm

En 1789, le clocher comportait 8 cloches: La Grosse Cloche, mais aussi une cloche d’Abraham (1642), 3 cloches de Léonard Dupont (1671) et 3 cloches de Ducret père et fils (1768)
Lyon Primatiale cloche 1.jpg

Le sublime bourdon, dit « Grosse Cloche »

Lyon Primatiale cloche 1 détail armoiries.jpg

Lyon Primatiale cloche 1 détail haut.jpg

**********

Lyon Primatiale cloche 2.jpg

^ ^ La cloche 2

v v la cloche 3

Lyon Primatiale cloche 3.jpg
Lyon Primatiale cloche 3 détails.jpg

**********

Lyon Primatiale cloche 4.jpg

^ ^ La cloche 4

v v la cloche 5

Lyon Primatiale cloche 5.jpg
**********
Lyon Primatiale cloche 6.jpg
^ ^ La cloche 6
Aussi sublime que soit la sonorité de La Grosse Cloche, vous avez certainement tous constaté que nombreux étaient les ratés durant la sonnerie. On observe également ci-dessous que le point de frappe sur la cloche n’est pas assez précis, et que la boule du battant est accrochée quelques millimètres trop bas. La visite d’un campaniste paraît donc nécessaire, afin de vérifier le centrage et la suspension du battant, de même que la poussée des moteurs, de manière à ce que la divine Grosse Cloche soit encore mieux mise en valeur v v
DSC05559.JPG
DSC05560.JPG
**********
Lyon Primatiale avis.JPG
^ ^ Cette mise en garde nous rappelle le bon vieux temps où un sonneur occupait la loge qui lui était assignée dans le clocher
v v Les cloches sont aujourd’hui commandées par ce clavier, le même depuis l’électrification
DSC05577.JPG
**********
Lyon Primatiale nuit.JPG
DSC06690
Mes plus vifs remerciements à M. Jean Bernard, de la Pastorale du Tourisme, au Père Michel Cacaud, recteur, à l’équipe des sacristains, et surtout à M. Fabien Haug, de la Société Française de Campanologie, qui fut notre guide émérite durant cet exceptionnel week-end campanaire. Une pensée enfin à mon regretté collègue et ami Jean-Marie Rolle, qui peu avant sa disparition, m’avait encouragé à entreprendre ce voyage à Lyon.
Liens :
Bibliographie:
Lyon, la grâce d’une cathédrale, aux éditions La Nuée Bleue. Le chapitre sur les cloches est de la plume de Fabien Haug

Cloches – Lyon (France-69) église St Georges

Lyon St Georges église.JPG

Bel édifice néo-gothique que l’église St Georges. Construite non loin de la Primatiale St Jean et de la Saône entre 1844 et 1869, l’église se vit un temps désaffectée entre 1970 et 1989. Elle est aujourd’hui desservie par des prêtres issus de la Fraternité Saint Pierre qui ont rejoint le diocèse dans le cadre du Motu proprio Ecclesia Dei. On y célèbre la messe en latin d’avant Vatican 2.

L’élégant clocher octogonal renferme une sonnerie de 7 cloches, conçues pour faire office de carillon. Les 5 plus grandes cloches sont installées pour sonner à la volée, mais seules les no1 et 3 sont utilisées comme telles et motorisées. La cloche 2 est tintée façon fausse volée, les no 4 et 5, jadis sonnées à la volée, sont aujourd’hui désaffectées. Les 2 plus petites cloches sont fixes. Toutes les cloches sont munies d’électro-marteaux pour le tintement électronique par clavier.

COMPOSITION DE LA SONNERIE
Cloche 1, note mi3, coulée en 1848 par Gédéon Morel
Cloche 2, note fa#3, coulée en 1810 par Chevalier (tintée)
Cloche 3, note sol#3, coulée en 1848 par Gédéon Morel
———-
habituellement hors service :
Cloche 4, note la3, coulée en 1834 par Chevalier
Cloche 5, note si3, coulée en 1834 par Chevalier
Cloche 6, note ré#4, coulée en 1810 par Burdin
Cloche 7, note mi4, coulée en 1785

C’est de manière tout à fait exceptionnelle que mes camarades et moi avons reçu l’autorisation de faire retentir toutes les cloches de ce remarquable ensemble. Merci à Antoine « Pianistdu74 » Cordoba pour la mise à disposition de la vidéo

Lyon St Georges cloche 1785.JPG

^ ^ Cloche 7 de 1785, la seule antérieure à la Révolution

v v Cloche 6, signée Burdin, 1810

Lyon St Georges cloche Burdin 1810.JPG

**********

Lyon St Georges cloche photo 3.JPG

^ ^ La Cloche 3, oeuvre de Gédéon Morel (1848)

v v La cloche 4, signée Chevalier (1834)

Lyon St Georges cloche photo 4.JPG

**********

Lyon St Georges cloche photo 6.JPG

^ ^ La grande cloche (Gédéon Morel, 1848)

Lyon St Georges cloche photo 7.JPG

**********

Lyon St Georges église portail.JPG

Un grand merci à la paroisse de St Georges, ainsi qu’à M. Fabien Haug, carillonneur, membre de la SFC, et grand connaisseur du patrimoine campanaire lyonnais.

Liens:
http://www.lyon.fr/page/accueil.html
http://www.eglisesaintgeorges.fr/

Bibliographie:
Ensembles campanaires en Rhone-Alpes (ouvrage paru aux éditions Comp’Act, épuisé)
Carillons de France